Le procès en cassation de Kamel Eddine Fekhar reporté

Elwatan; le Lundi 5 Octobre 2015
98380


C’est en effet bien la 1ère fois que le Dr Kamel Eddine Fekhar, qui s’est toujours présenté devant la justice lors de ses innombrables procès et dans sa vie de tous les jours, immuablement dans sa tenue traditionnelle et coiffé de sa toque blanche, s’affiche, et c’est son droit, dans cette tenue vestimentaire dans laquelle on voyait bien qu’il n’était pas à l’aise. C’est comme si on rencontrait, toutes proportions gardées bien sûr, le Dalaï Lama en tenue de ville ….

C’est dans une salle archicomble d’une Cour de justice complètement encerclée par un impressionnant dispositif de sécurité déployé tout autour à l’extérieur alors que des dizaines de membres des services de sécurité étaient disséminés sur les trois étages à l’intérieur de l’imposant édifice à Bouhraoua, sur les hauteurs de la ville de Ghardaïa, que le procès en appel, de ce qui est appelé l’affaire des évènements de la 46ème édition de la fête du tapis de Ghardaïa, devait se tenir.

Finalement et après constat de l’absence du collectif d’avocats du Réseau des droits de l’homme, constitué pour défendre le Dr Kamel Eddine Fekhar et ses 15 compagnons, dont la plupart devant comparaître libres mais ne se sont pas présentés à l’audience, le procès a été reporté au 19 de ce même mois.

A titre de rappel, cette affaire qui a déjà traitée en 1ère  instance le 19 novembre 2013 par le tribunal de Ghardaïa, et au cours de laquelle le procureur de la république avait requis 5 ans de prison ferme et 1 million de dinars pour chacun des 16 prévenus, dont Abouna Salah, Fekhar Yahia, Chkabkab Mohamed, Balaâdis Bachir, Ouyaba Mustapha et Alouani Salah, qui comparaissaient libres ,avait débouchée sur la condamnation du Dr Kamel Eddine Fekhar à 1 année de prison ferme alors que ses 15 compagnons avaient écopés de 6 mois de prison ferme chacun.

Les 16 prévenus, défendus par un collectif d’avocats dont, notamment Me Ahmime du Réseau algérien de défense des droits de l’Homme et Me Salah Debbouz, avocat de la LADDH, inscrit au barreau d’Alger, ayant fait appel de la sentence, ils devaient donc comparaître ce jour. Que leur reproche-t-on ? C’est en fait toute une succession d’évènements survenus dans la région et dont le point d’orgue fut l’incident ayant émaillé, le 26 mars 2013, la cérémonie d’ouverture de la 46ème édition de la fête du tapis. Ils sont accusés d’atteinte à l’emblème national, de dégradation de biens publics, d’attroupement sur la voie publique, de voie de fait sur la force publique et d’incitation à l’émeute.

En effet, le 26 du mois de mars 2013, et alors que des centaines de citoyens, dont beaucoup sont venus d’autres régions du pays pour assister aux festivités d’ouverture de cette 46e édition de la Fête du tapis, étaient agglutinés derrière les barricades, le Dr Kamel Eddine Fekhar et ses 15 compagnons militants locaux de la LADDH ont investi la tribune officielle quelques minutes avant l’ouverture pour, selon eux, « dénoncer une dilapidation des fonds publiques dans des fêtes inutiles ».


 

Categorie(s): actualité

Auteur(s): K. Nazim

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..