Les abandons prolifèrent à Djelfa

Elwatan; le Jeudi 5 Mars 2009
1

La formation de Saïd Sadi donne l’impression d’être assailli par les «forces du mal» ! La saignée se creuse par à coups en son sein car le nombre d’élus locaux qui rallient des partis concurrents a augmenté sensiblement depuis le dernier scrutin de 2007 !
Après ceux de la commune de Hassi L’euch (4) qui ont quitté «leur» parti sans crier gare, «préférant» l’indépendance dans l’exercice de la fonction élective à «l’influence» d’une organisation politique, voilà que c’est au tour de la commune de Mliliha de vivre un scénario identique. Sauf que, pour ce dernier cas, les élus, au nombre de deux, ont jugé plus «prudent» de s’abriter sous la bannière du vieux parti, le FLN. Le dessein est clair !
Cet acte «non politique», considèrent certains observateurs, n’est pas isolé. Il s’érige même en phénomène de masse. En témoigne la désertion des élus de la commune de Messaad drivée par le PT et qui passe sous le contrôle du RND. A l’évidence, rejoindre un parti supposé mieux ancré dans la masse populaire tend à être perçu comme une idée géniale et «politiquement correcte» dans la mesure où il est attendu, en retour, une gratification de la part du parti hôte, sous la forme d’une candidature assurée à une échéance future !

Un dividende qui semble justifier l’investissement politique engagé, loin, même très loin de la doctrine politique ! Partant du fait que les leaders de partis dits de gros calibre, accueillent «eux-mêmes» en fanfare des transfuges en organisant en leur honneur des collations rehaussées de discours partisans en guise de «succès politiques» sur les autres, l’on est en droit de dire que le domaine de l’«éthique» politique s’enrichit en parlant d’incitation à la débauche politique ! La brèche dans les partis modestes s’ouvre donc grandement à qui dit mieux !

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Abdelkader Zighem

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..