Les transformateurs de céréales face aux paradoxes des officiels

Elwatan; le Vendredi 14 Mai 2010
1

Plusieurs transformateurs de céréales viennent de recevoir, via des fax envoyés par des institutions nationales, le programme des différentes foires internationales qui se déroulent dans des pays étrangers.
La démarche semble être encourageante afin de booster le produit algérien en dehors de nos frontières. Toutefois, ces institutions, pourtant étatiques, ne savent-elles pas que les transformateurs de céréales ne peuvent pas exporter leurs produits (couscous, pâtes…) depuis presque une année ? Ce blocage demeure pourtant en vigueur à ce jour sous prétexte que la matière première des produits exportés ne doit pas être soutenue par l’Etat alors que ces transformateurs affirment que même leurs produits, à base de matières non soutenues ne peuvent pas faire l’objet d’exportation ! La démarche des institutions chargées de promouvoir le produit «made in Algeria» demeure alors «mystérieuse».

L’Etat est tellement «généreux» qu’il se montre même prêt à prendre en charge, grâce au Trésor public, une partie des frais liés à la participation de ces opérateurs aux foires internationales. On se demande donc que fera le transformateur de céréales à l’étranger du moment qu’il ne peut ni exporter ni décrocher de nouveaux marchés !

Categorie(s): 7 jours

Auteur(s): Mohamed Benzerga

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..