Loi sur la concession agricole à Aïn Defla : Signature des premiers cahiers des charges

Elwatan; le Jeudi 31 Mars 2011
1


Cette première opération, qui concerne les agriculteurs des daïras de Bathia, El Attaf et Rouina, est chapeautée par l’Office nationale des terres agricoles (ONTA). Cet organisme, récemment installé,  est chargé de la mise en œuvre des dernières mesures décidées par le gouvernement,   relatives au passage  pour l’agriculteur du droit à la jouissance à celui de la concession pour une durée de 40 ans, au lieu de 99 ans, comme le stipulaient les anciennes dispositions. Une mesure qui vient à point nommé, selon  Achour Merazga, directeur des services agricoles, en ce sens que l’agriculteur est mis désormais devant ses responsabilités. Il s’agit, dira  le responsable du secteur, ni plus ni moins pour le concessionnaire de travailler la terre avec pour objectif d’optimiser les rendements ou de la céder. Le même responsable rappellera, dans ce sillage, que la wilaya de Aïn Defla compte 7121 exploitants concernés par la loi en question. le nombre de dossiers réceptionné à ce jour est de l’ordre de 3936 dont 2382 ont été transmis à l’ONTA  et  2307  confirmés à ce jour.

Le taux de réception des dossiers a atteint 55,27%. Pour rappel, beaucoup de difficultés ont surgi lors du  traitement des dossiers,  a souligné le même intervenant, en raison d’irrégularités émanant du cadastre, ce qui a nécessité davantage d’efforts et de temps pour épurer la situation, les services de la  DSA ont saisi aussitôt la direction du cadastre afin que celle-ci procède à l’actualisation du plan cadastral. L’autre étape importante, dans la mise en application de la nouvelle loi, concerne l’installation, dès l’année prochaine, d’un dispositif de suivi et de contrôle conformément au cahier des charges. Il s’agit pour les concessionnaires de s’aligner sur la nouvelle loi ou de céder leur place en cas de manquement. Le but recherché à travers les nouvelles mesures est le remembrement des terres agricoles car, a encore ajouté le DSA, l’agriculture moderne ne peut se réaliser qu’au niveau des grandes exploitations. Pour ce faire, a conclu le responsable du secteur, l’apport des institutions financières demeure la condition sine qua non pour la réussite de ce nouveau dispositif.                                                                                
 

Categorie(s): actu centre

Auteur(s): Aziza L.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..