Lycée de Dergana : Enseignants et élèves en grève

Elwatan; le Lundi 13 Octobre 2014
1


A l’origine de ce mouvement de protestation, le climat d’insécurité qui prévaut au sein de la structure. Des étrangers à l’établissement pénètrent en plein jour dans les classes et terrorisent élèves et enseignants.
Ce constat n’est guère exagéré Pas plus tard que mercredi dernier, des jeunes délinquants, ivres, se sont introduits dans une salle de cours. Ils sont montés sur les tables en brandissant des armes blanches, sous les yeux des élèves afforlés et du professeur. «Ce genre d’intrusion est fréquent dans cet établissement», confie Brahim Mohamed Rédha, président de l’Association des parents d’élèves.

En l’absence d’un nombre suffisant d’agents de sécurité, les murs de l’établissement sont devenus des passoires.
«La sécurité au sein du lycée doit être renforcée, car il y va de la sûreté de nos enfants et de celle des professeurs», poursuit-il.
Signalons qu’une réunion a été tenue au siège de la direction de l’éducation Est, il y a quelques jours.
Les parents d’élèves ont reçu des promesses que tous les problèmes qu’endurent élèves et personnel seraient réglés. Mais sur le terrain, les choses n’ont fondamentalement pas changé.

En plus de l’insécurité qui règne en maître des lieux dans le lycée, les élèves sont entassés dans des classes de 50, voire 60 élèves.
«Si on regroupait en même temps les 1800 élèves du lycée dans la cour, on aurait de 60 élèves au mètre carré», soutient le président de l’Association des parents d’élèves. Et d’ajouter : «Nous demandons à ce que l’établissement soit doté d’un directeur titulaire, d’un intendant et d’un surveillant général.»Le problème de la surcharge des classes se répercute négativement sur la qualité de l’enseignement.

«Le lycée compte 7 classes tournantes, ce qui est énorme. Les responsables de l’académie nous ont promis d’ouvrir une annexe de 12 classes, ainsi que la réalisation de 6 autres au lycée, en vain. Seules 4 classes réalisées dans la cour du lycée ont été réceptionnées», assure-t-il.

En dépit de tous ces problèmes, notamment ceux ayant trait à l’insécurité, l’établissement ne compte que 8 surveillants, dont 6 femmes, ce qui est en-deçà des normes pédagogiques les plus élémentaires.Rappelons que l’année dernière, le lycée avait fait l’objet d’une visite inopinée du ministre de l’Education nationale, qui avait ordonné l’application d’un certain nombre de mesures qui sont restées malheureusement sans suite.
Les parents d’élèves et le collectif du personnel lancent un appel urgent à la direction et aux responsables afin de venir à leur secours car il y a danger,  disent-ils.
 

Categorie(s): alger

Auteur(s): Saci Kheireddine

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..