Manque d’enseignants et infrastructures insuffisantes : Le CLA fait un bilan négatif de la rentrée

Elwatan; le Lundi 5 Octobre 2015
1


Un mois après la rentrée des classes, les cours n’ont toujours pas commencé dans la majorité des établissements, constate le Conseil des lycées d’Algérie (CLA) qui vient de clore son conseil national tenu à Alger. Les rapports des 25 délégués de wilaya font état de retards dans les cours en raison du manque flagrant d’encadrement en termes de censeurs, d’adjoints d’éducation, d’ouvriers professionnels et d’enseignants, «ce qui engendre l’anarchie à l’intérieur des établissements et l’amplification du phénomène de la violence», révèle le CLA.

Aussi, le retard accusé dans la réception des infrastructures scolaires maintient la surcharge des classes, principal facteur d’échec et de déperdition scolaires, note le même syndicat, qui s’interroge sur le devenir de plus de 300 000 élèves qui restent exclus malgré les efforts des conseils de classe d’en récupérer le maximum. Le CLA relève aussi l’indifférence des responsables du secteur concernant les recours déposés par les candidats aux concours de recrutement et le non-renouvellement du contrat d’un certain nombre d’enseignants contractuels et leur remplacement par des nouveaux contractuels au lieu de régulariser les premiers.

Les syndicalistes dénoncent aussi le maintien de la précarité de l’emploi dans le secteur de l’éducation par le recours à la contractualisation et au préemploi pour faire face au manque de postes budgétaires, malgré les assurances des membres du gouvernement concernant le maintien du recrutement dans ce secteur officiellement épargné par les mesures d’austérité.

Retard dans la réception des écoles

Le CLA se dit d’ailleurs mobilisé et prêt à effectuer des actions de protestation en cas d’échec des négociations avec la tutelle. «Le CLA espère trouver les exécutions attendues dans la prochaine rencontre bilatérale avec la ministre de l’Education nationale (15 octobre) et appelle tous les adhérents à rester mobilisés pour toute éventuelle action en cas de déception», menace le syndicat.

Concernant la tripartite annoncée pour le 14 octobre et la politique d’austérité mise en application par le gouvernement dans le cadre de la nouvelle loi de finances, le CLA redoute l’impact de ces mesures sur le pouvoir d’achat des travailleurs, déjà épuisé par la hausse des prix des produits alimentaires. «Le CLA va se concerter avec l’ensemble des forces syndicales pour faire barrage à ces mesures antisociales et imposer une tripartite représentative des intérêts de tous les travailleurs», conclut le CLA.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Fatima Arab

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..