Martin Richenagen. Président d’AGCO : «Le marché africain a un futur exceptionnel»

Elwatan; le Jeudi 20 Decembre 2012
1


-Pourquoi avoir choisi l’Algérie pour lancer un tel partenariat ?

Je sais bien que dans le monde il y a des discussions sur la situation de l’Algérie et sa position par rapport à la démocratie et autres questions politiques. Ce que je peux dire, c’est que nous ne sommes pas naïfs. Il me paraît, cependant, que le pays dispose de très bonnes infrastructures, d’une situation politique très stable et d’un gouvernement qui essaye de comprendre le monde des affaires, tout en lui apportant le soutien nécessaire.

-La règle des 51/49 % ne semble pas vous gêner…

Nous avons eu des discussions très ouvertes et très positives à ce sujet. Personnellement, dans une situation pareille, je crois en ce genre de partenariat où il y a tellement de choses à faire. Cela nous donne de l’assurance et de la confiance et je peux dire qu’on a trouvé une alliance stable.

-Êtes-vous intéressés par la fabrication d’autres segments, à part celui des tracteurs ?

Oui, bien entendu. Avoir seulement des tracteurs ne suffit pas. Nous avons déjà discuté avec la partie algérienne sur la possibilité de lancer des projets pour la fabrication de moissonneuses-batteuses. Nous avons également l’idée de profiter de notre présence en Algérie pour lancer, dans le futur, la fabrication des composants de tracteurs devant servir à approvisionner nos trente usines réparties dans le monde.

-Cela va vous permettre aussi de faire une extension sur l’Afrique…

Effectivement. Sur cette question, je ressens personnellement une fierté pour avoir découvert cette dimension pour notre industrie. Effectivement, l’Afrique recèle 60% de la réserve globale en terre agricole, mais n’en utilise que 20% seulement. Je pense que le marché africain a un futur exceptionnel dans le domaine de l’industrie du machinisme agricole.

-Comment jugez-vous le climat des affaires en Algérie ?

Très positif. Dans tous les pays où je vais, je constate l’ampleur de la crise économique et financière et son effet dévastateur sur l’économie réelle, l’emploi et la vie sociale. En Algérie, je vois qu’il y a de l’optimisme, de l’ambition, de l’activité et de l’engagement aussi de la part du management local.

Categorie(s): economie

Auteur(s): Lyes Mechti

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..