Mesquine manœuvre

Elwatan; le Dimanche 4 Octobre 2015
1


Depuis qu’il a envahi le Sahara occidental en novembre 1975, le Maroc s’est mis à copier les méthodes israéliennes pour mettre le monde entier devant le fait accompli dans l’espoir d’obtenir une légalisation de l’occupation coloniale du territoire. Il vient une nouvelle fois de recourir à des subterfuges et à des mesquineries pour faire avaler des couleuvres à la communauté internationale, particulièrement africaine.
Le Maroc organisera, du 20 au 30 octobre, le Championnat d’Afrique des clubs champions de handball. Deux clubs algériens, ceux de Skikda et Baraki, étaient engagés.

A la dernière minute, les autorités royales ont inscrit dans la compétition un club des territoires occupés de la RASD, poussant nos deux représentants à se retirer en signe de protestation et pour dénoncer cette violation flagrante des lois internationales. Le Sahara occidental est sous domination coloniale et, à ce titre, il n’a aucun droit de se faire représenter dans des tournois internationaux par des villes des territoires occupés. Israël, qui est pourtant un modèle pour le Maroc et avec lequel il partage le triste palmarès de pays qui a reçu le plus de condamnations des Nations unies, n’a jamais engagé des équipes de Cisjordanie ou de Ghaza dans des manifestations sportives mondiales ou régionales.

L’Espagne, l’ancienne puissance coloniale, n’a transféré à Rabat que l’administration du territoire en vertu des Accords de Madrid, signés en novembre 1975 et que l’ONU n’a jamais voulu reconnaître, soulignant leur illégalité et précisant que le Sahara occidental est toujours sous domination coloniale. A ce titre, l’ONU a fermement condamné des accords de pêche conclus entre le Maroc et l’Union européenne parce que ces derniers englobent les eaux territoriales sahariennes.

On ne sait pas si les Marocains ont profité d’un vide juridique dans les règlements de la Confédération de handball pour tenter un coup de force et une arnaque dont ils sont devenus des spécialistes, conseillés en cela par leurs grands amis israéliens. Il appartient maintenant à la CAHB de ne pas tomber dans le piège pour ne pas être complice d’un déni de droit. Les deux clubs algériens ont, quant à eux, fait preuve de vigilance et ont agi pour faire respecter la légalité. Le grand Maghreb auquel aspirent les peuples n’est pas pour demain tant qu’il y a piétinement du droit international dans la région.
 

Categorie(s): edito

Auteur(s): Tayeb Belghiche

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..