Mise en circulation de papiers d’identité biométriques : La procédure compliquée

Elwatan; le Mercredi 19 Mai 2010
49418

L’incompréhension née au lendemain de l’annonce de la mise en circulation de papiers d’identité biométriques n’a pas disparu : les procédures compliquées mises en place expliquent le manque d’empressement des citoyens.
Des postulants affirment que l’obligation qui leur est faite de rechercher dans leur passé des personnes qui étaient avec eux sur les bancs de l’école ou enrôlées sous le drapeau est «incompréhensible».
«Les autorités veulent que l’on mentionne tout dans des imprimés kilométriques. Qui peut se souvenir de tout et avec exactitude ? J’ai mentionné le nom de deux amis sergents de Tiaret. Mais, même en portant de fausses déclarations, aucun ne s’en rendra compte, surtout les administrateurs», dira mi-taquin un jeune qui cherchait, en suant sang et eau, à convaincre un répondant (témoin) dans la salle exiguë de la daïra de Sidi M’hamed.
«Le répondant qui se porte caution pour quelqu’un peut être un membre de ta famille ou un étranger. Moi, je vis seul à Alger depuis 3 ans, et il m’est presque impossible, se désole-t-il, de trouver une personne qui accepte d’authentifier mes déclarations.» Au siège de la daïra de Sidi M’hamed, l’accueil est plutôt courtois et la pression constatée dans d’autres circonscriptions n’est que rarement perceptible dans cet édifice de la rue Mennani.

«Les documents requis pour avoir le passeport sont les mêmes que ceux exigés pour les anciens documents. La nouveauté, c’est cet extrait de naissance S12, délivré par l’APC. Ce document est signé par le maire et lui seul, d’où l’éventualité de patienter plus longtemps. Pour avoir mon extrait, j’ai fait le pied de grue toute une journée. Passé cet écueil, il faut que les postulants remplissent un document téléchargeable sur le site du ministère de l’Intérieur ou remis sur place après la présentation du document S12», affirme Ali, habitant de Meissonier, qui assure que le document demandé est remis aux postulants dans un délai maximum de 45 jours.
«Dans la journée, si tu es pistonné, rectifie son compagnon. Le rendez-vous pour se présenter est un gros souci, puisque le nombre important de postulants fait que le jour J peut s’éloigner dans le temps.» «Moi, j’ai dû attendre 20 jours pour me présenter à la daïra», poursuit-il.

«J’ai appelé le service chargé des rendez-vous, on m’a demandé de patienter jusqu’au 1er juin. Je peux attendre tout ce temps, car je n’en ai pas vraiment besoin dans l’immédiat, quelqu’un d’autre de plus pressé ne peut attendre tout ce délai.»
Le wali délégué de Sidi M’Hamed, rencontré sur place, affirme que la procédure nouvellement instaurée n’est guère compliquée et les postulants sont «toujours satisfaits» «Nous remettons jusqu’à 28 passeports et 36 cartes nationales d’identité par jour. D’ailleurs, le document biométrique n’est jamais remis à la personne ; il le sera dans quelques mois. Nous remettons pour l’instant le document en papier, pour les gens pressés », précise t-il

Categorie(s): alger

Auteur(s): Nadir Iddir

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..