Moments de folie à Blida

Elwatan; le Mercredi 20 Novembre 2013
1


Tout a commencé dès 7h, le matin, lorsque les supporters des Verts ont commencé à affluer. Il y en avait même qui ont passé la nuit devant les portes du stade qui ont été ouvertes deux heures après.
Afin de gérer au mieux le flux exceptionnel des fans venus soutenir les Fennecs, les responsables ont préféré n’ouvrir qu’une seule porte, histoire de canaliser le flux des supporters. Des milliers de supporters venus de toutes les wilayas du pays (Annaba, Constantine, Sétif, Alger, Chlef, Oran, Aïn Beïda, Béchar…) ont commencé à se bousculer. Le scénario de samedi dernier, lors de l’opération de la vente des billets, s’est reproduit dès l’ouverture des portes du stade.

Les supporters voulaient absolument réserver leurs places dans les gradins.  La bousculade a généré donc son lot de blessés. Selon le rapport établi par la direction de la Protection civile de la wilaya de Blida, une quarantaine de blessés ont été enregistrés, dont un dans un état critique, blessé à la tête, qui a été évacué en urgence vers l’hôpital Frantz Fanon de Blida. Pour le reste des blessés, il s’agissait de blessures légères et de contusions aux pieds et aux jambes. On notera aussi quelques évanouissements dus à la fatigue parmi les fans qui ont passé une nuit blanche devant le stade. Mais les cas les plus graves étaient ceux de deux supporters qui ont fait une chute du pont de la vallée de Beni Azza, face du stade.  Fermées en raison de cette bousculade, les portes du stade ont été rouvertes une heure plus tard pour être refermées vers 13h. Le stade était archicomble près de sept heures avant le coup d’envoi de la rencontre. La seule porte restée ouverte était celle réservée aux officiels. Il convient de noter que les unités de la Protection civile étaient depuis quelques jours mobilisées pour toute éventualité.

Mais le fait le plus marquant est ce défilé des voitures et de motos drapées des couleurs nationales qui n’a pas cessé jusqu’au coup d’envoi de la rencontre. «Nous sommes très contents et fiers de notre équipe nationale» ; «nous sommes qualifiés en Coupe du monde» ; «nous sommes au Brésil khouya», lançaient à tue-tête les supporters que nous avons approchés au centre-ville de Blida. Fait nouveau : l’usage du vuvuzela. Cet instrument de musique que le peuple algérien a découvert lors de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud a très vite été adopté chez nous et voilà que Algériens en font leur instrument fétiche.

Categorie(s): sports

Auteur(s): E. Rafik

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..