Mourad Kahoul. président du Syndicat des thoniers méditerranéens : «Il y a eu un hold-up à Paris en 2010»

Elwatan; le Samedi 22 Decembre 2012
72999


- L’ICCAT est une organisation que vous voyez comment ?
 

L’ICCAT, c’est du grand folklore politique, et les assemblées annuelles sont de grandes messes organisées pour faire plaisir aux scientifiques, aux écologistes et pour tuer les pêcheurs. Aujourd’hui, l’ICCAT est piégée par les experts de son comité scientifique, le SCRS.
Elle les a suivis dans leurs recommandations de baisser le TAC pour cause de disparition alors que le thon s’amuse avec les plaisanciers au large de Marseille. L’ICCAT refuse d’admettre son erreur et du même coup tue toute une activité.

 

- Vous avez certainement entendu parler de la réduction du quota algérien en 2010, qu’en pensez-vous ?
 

Je l’ai déjà dit, il y a eu un holdup à Paris en 2010. Il ne faut pas croire que l’ICCAT, c’est des enfants de chœur. La lutte pour arracher des quotas est implacable. Mais Pour le cas de l’Algérie, tout le monde savait pour les trafics et en faisait les gorges chaudes et j’ajouterais que l’ancien ministre n’était pas à la hauteur. Des pays ont profité du cafouillage et de l’absence de la délégation à Paris pour sauter sur le quota algérien. Et pour ce qui concerne les 100 tonnes supplémentaires pour 2013, je dirai seulement que c’est du saupoudrage.

 

- Et les chances d’augmenter le quota algérien ?
 

Si le TAC augmente et si le MPRH travaille bien comme à Agadir, l’Algérie a toutes ses chances. Je suis très optimiste cas j’ai constaté à Agadir que pour la première fois des professionnels ont accompagné la délégation algérienne comme cela se fait pour tous les pays. C’est un bon signe et il y en a un autre : on raconte que l’actuel ministre va à la rencontre des gens de métier et qu’il est sur les quais à 6h du matin.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Slim Sadki

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..