Mourad, le «harag» récidiviste

Elwatan; le Mercredi 19 Mai 2010
1

A 22 ans, Mourad rêve de fuir l'Algérie. Pour atteindre l'idéal européen, il a quitté son village près de Bou Sâada et travaille sans relâche dans la plus grande décharge d'Alger.
Il a déjà risqué plusieurs essais pour atteindre le vieux continent. La première fois, il s'est réfugié dans l'une des poubelles d'un navire marchand. Pour un chiffonnier de la plus grande poubelle d'Alger, l'idée n'avait rien de saugrenu. A la deuxième tentative, Mourad expérimenta un classique des annales de la harga en Algérie : planqué dans un container, les marins l'ont débusqué juste avant le démarrage du bateau. Le jeune chiffonnier ne se découragea pas pour autant : l'année passée, il a économisé assez d'argent pour payer un passeur et embarquer à bord d'un canot de fortune. «J'avais contribué à hauteur de 40 000 DA pour mon départ, raconte-t-il. Si ça n'a pas marché les trois premières fois, je suis certain que j'y réussirai.» Les trois mésaventures n'ont pas entamé sa détermination. Le jeune aventurier prévoit de se lancer dans une autre traversée, à partir de Annaba, à la fin de l'été. «Croyez-vous qu'on est vivants ? Je ne me sentirai heureux que lorsque je foulerais le sol italien», répète-t-il, comme une litanie.

Categorie(s): reportage

Auteur(s): A. B.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..