Mustapha Al Agha. Présentateur sportif syrien sur MBC1 : Je vais supporter les Verts au Mondial !

Elwatan; le Vendredi 21 Mai 2010
1

Le Monsieur Loyal du sport sur la chaîne satellitaire arabe MBC1, basée à Dubaï (Emirats arabes unis), présentateur, chroniqueur, auteur et professeur d’université, Mustapha Al Agha, affiche son soutien, sa caution et sa sympathie à l’égard des Verts et du public algérien. Mustapha Al Algha reçoit 30 000 e-mails par jour. C’est une vedette de la télé dans le monde arabe et surtout en Algérie.
- Savez-vous que vous avez un grand fan-club de téléspectateurs algériens ?

Oui ! Je suis au courant. Je mesure cela par la quantité énorme des lettres envoyées sur ma boîte e-mail personnelle (agha70) que j’ai suspendue après ! En Algérie, nos avons des admirateurs et aussi des détracteurs. Hakda ou hakda…

- Les téléspectateurs algériens vous trouvent objectif et impartial dans votre présentation footballistique, notamment lors du match Egypte-Algérie…

J’estime que l’information a sa fonction et son but. Je ne cautionne pas l’information anarchique. Et je l’ai souligné à maintes reprises, nous vivons une ère décadente de l’information, dans son acception sémantique. Mon dernier article paru dans le quotidien panarabe Chark El Awsat est intitulé «Ayam saouda lil oukhouwa al arbya» (jours noirs pour la fraternité arabe). On se gargarise de la fraternité et autres libertés arabes. La liberté est une responsabilité. Pas uniquement sur le plan égypto-algérien, mais aussi pour le reste du monde arabe. Il y a quelques jours à peine, un problème a surgi entre les Emirats et l’Arabie Saoudite. Quelques jours après, il s’est transformé en différend entre les Emirats arabes et le Qatar. Tout augure que cela peut flamber à tout moment en matière de sport, de football. Cependant, certains prennent du recul par rapport à tout cela.

Le sport exprime de la passion, laquelle aveugle l’esprit. Malheureusement, jusqu’à maintenant, on ne cesse de payer chèrement, peut-être, les «gesticulations» médiatiques et politiques entre l’Egypte et l’Algérie. Et cela a déteint sur les autres pays arabes. Jusqu’à maintenant, vous ne vous êtes pas réconciliés. Le frère Raouraoua (président de la Fédération algérienne de football), lors des élections de l’Union arabe il y a une semaine, a déclaré que «la réconciliation requiert une volonté du pouvoir politique». Pour vous dire sincèrement, j’ai été injurié des côtés égyptien et algérien. La neutralité, ce sont des faits et des données que j’ai entre les mains, et donc j’en parle. Je reste et je demeurerai objectif !

- La preuve ! L’international algérien, Antar Yahia, a été élu meilleur joueur arabe à l’issue d’un sondage où un million d’internautes ont voté sur le site de MBC1…
Voilà ! Mais moi je n’ai pas voté pour lui. Si on n’était pas neutre, on aurait privilégié un joueur saoudien… Concernant les clubs les plus populaires arabes, ce n’est ni Wifak (l’Entente) de Sétif ni Al Ahly (Egypte) ou encore Al Hillal mais le Ahly de Tripoli (Lybie) qui a remporté les suffrages. Encore une fois, c’est le choix du public et non le mien. Le joueur Yasser Kahtani a été élu le joueur le plus populaire du monde avant Messi et Christiano Ronaldo ! Cependant, quand on se voit décerner deux récompenses, l’une égyptienne et l’autre algérienne comme meilleur programme TV sportif dans le monde arabe, je considère cela comme un témoignage de confiance des deux côtés.

- Le football algérien est très présent dans votre émission «Sada Al Malaib»…

Ce n’est pas parce que c’est l’Algérie. On couvre le Maroc, la Jordanie, l’Irak, le Koweït, la Syrie… Bref, tout le sport dans le monde arabe. On a imparti une importante tranche au football algérien. Il se trouve que Wifak Sétif est le champion des clubs arabes. Il a effectué une prestation de bonne facture. Et puis, on couvre le championnat algérien. On a suivi l’équipe nationale algérienne en Coupe d’Afrique. Nous n’avons de problèmes avec personne.

- Vous allez vous rendre en Afrique du Sud pour le Mondial…

Inch’Allah ! Avec l’équipe nationale algérienne. Nous avons initié une campagne baptisée «Nous sommes tous des Algériens» exclusivement pour la Coupe du monde en Afrique du Sud. Bien que la solidarité entre les Arabes existe de fait, nous avons besoin d’encouragement et de témoignages de fraternité pour les Verts d’Algérie. Et tous les artistes assistant à l’émission ont exprimé qu’ils étaient tous des Algériens. Nous avons lancé cette campagne depuis le match de qualification des Verts pour la Coupe du monde au Soudan et elle se poursuivra jusqu’à la finale de la Coupe du monde.

- Bien sûr, vous allez encourager les Verts…

Bien sûr ! Je ne vais pas supporter les Etats-Unis, la Slovénie et l’Angleterre bien que j’aie aussi la nationalité britannique. Ce serait honteux ! Je suis du côté de l’Algérie. Nous sommes tous des Algériens ! Vous avez supporté la Tunisie, l’Egypte, les Emirats arabes unis, l’Arabie Saoudite… La question ne se pose même pas !

- Mustapha Al Agha est aussi chroniqueur de presse écrite…

Je vais vous étonner. J’écris dans une dizaine de journaux de la région. Lors de notre prochaine rencontre, vous me trouverez divorcé et à la recherche d’une autre épouse. Cela vous donne une idée de ma charge de travail. J’écris dans le magazine Haya de MBC, Chark Al Awsat, Al Itihad des Emirats arabes, Stade de Doha (Qatar), El Youm (Arabie Saoudite)… Cela engendre une pression. Soit vous créez, soit vous vous écroulez.

- Jouez-vous au football ?

La dernière fois où j’ai exercé une activité sportive, c’était en 2003, lors de l’invasion américaine de l’Irak. Et avant, lors de la Guerre de 1967 ! C’est toujours relié aux «nakabat» arabes. Je n’ai pas de temps. Je bronze plutôt ! 

Categorie(s): entretien

Auteur(s): K. Smaïl

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..