Nette amélioration de la protection contre les inondations à Batna

Elwatan; le Lundi 13 Octobre 2014
1


Les points noirs qui persistent, notamment sur la route de Biskra, mettent en cause un petit nombre d’avaloirs incapable de contenir les écoulements en provenance de la voix d’évitement dite «trig el’lourd», nous a-t-on expliqué. Il s’agit donc d’une erreur qui incombe à l’étude préliminaire. A l’origine, nous explique Chakib Benderradji, des réseaux séparatifs devaient être prévus; autrement dit, un réseau pour les eaux usées et un autre pour  les eaux pluviales.

Or, il n’existe pour la ville de Batna qu’un seul réseau ! «C’est pour cette raison que nous préconisons deux réseaux pour les nouveaux centres urbains afin d’éviter la saturation». explique-t-il. Ce type d’erreur, pour rappel, a suscité la colère du wali lorsque les eaux pluviales ont causé de graves inondations à Ouled Fadhel en 2011, alors qu’un projet de protection contre ce type de catastrophes venait d’être réalisé. Le bureau d’études chargé de la conception du projet devait alors endosser la responsabilité.

A Batna-ville, la faute incombe aux services de la commune qui n’arrivent pas à assumer la collecte des déchets ménagers dont une partie est charriée par les eaux pour aller obstruer les avaloirs. Fateh Kada, chef de centre de l’ONA nous déclare à cet effet : «les services de la Daïra et ceux de la commune doivent intervenir auprès des commerçants qui bordent la route de Biskra et les empêcher de jeter leurs déchets à même les trottoirs».

Par ailleurs, le projet de protection contre les inondations, prévu pour la ville de Batna, ayant connu un blocage de la part de certains propriétaires, est sur le point de démarrer, nous a déclaré pour sa part, Cherif Chebri, directeur de l’hydraulique. «Le problème que nous avons rencontré auprès des propriétaires à Tazoult est résolu et nous allons entamer les travaux», a-t-il indiqué.

Par ailleurs, les caniveaux qui longent la route nationale reliant Batna à Djerma débordent à chaque chute de pluie et inondent la route qui parfois est difficilement carrossable surtout au niveau de Fesdis et Djerma. Ces derniers incombent à la direction des travaux publics et doivent être rapidement rectifiés.

Categorie(s): batna

Auteur(s): Lounes Gribissa

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..