«Nous nous engageons» : Un appel pour faire reculer l’extrémisme

Elwatan; le Mardi 7 Octobre 2014
1


Lyon
De notre correspondant
 
Le curseur est placé très haut dans la dernière intervention interreligieuse, lancée depuis Lyon à la suite des haines qui montent en cette fin d’année 2014. Sous le titre «Nous nous engageons », il s’agit d’un  appel lancé par tous les responsables religieux de Lyon et plus de 100 personnalités de toutes confessions, un «appel à l’engagement quotidien dans la société française pour la rencontre et l’ouverture à l’autre dans tous les domaines de notre société».

Dans ce texte rendu public le 1er octobre, signé par des gens de bords très différents, la sincérité pointe dans chaque phrase. D’autres personnes ont, depuis, apposé leur signature sur le document. Cela voudrait-il dire qu’il y a péril en la demeure France traversée par la vie commune de minorités importantes : «Il nous faut aller plus loin, à savoir nous engager ensemble, juifs, chrétiens et musulmans, là où nous vivons, à œuvrer au quotidien pour être des artisans de paix et de justice, pour faire reculer l’extrémisme, la persécution et le mépris de l’autre.»

Bien évidemment, l’appel revient à ce qui fait la spécificité de chacune des croyances. «Nous, diacres, évêques, imams, muftis, prédicateurs laïcs, pasteurs, prêtres, rabbins, nous nous engageons à travers nos prédications à promouvoir le respect de l’autre croyant et à inviter nos fidèles à être des citoyens actifs pour contribuer à une société fraternelle et solidaire». Voilà pour le cadre général qui s’étend aussi à d’autres milieux moins religieux mais partie prenante du bain global de la société : «Nous, enseignants, formateurs, éducateurs et catéchètes, nous nous engageons à favoriser auprès des enfants et des jeunes l’ouverture, le respect et la connaissance des autres cultures. »

Ce vœu pieux est aussi un cri réaliste devant la dilution du lien social. Ainsi l’appel est aussi signé par des responsables d’institutions et de mouvements qui s’engagent  à «favoriser l’écoute, le dialogue et le débat franc et respectueux qui conduit à l’estime mutuelle». Idem pour les écrivains, journalistes, responsables de publication, qui s’engagent à développer «dans (leurs) médias une culture de paix et de citoyenneté et à relayer toute initiative, action ou information invitant à la fraternité humaine».

Evidemment, des élus et militants politiques en sont signataires et s’engagent à «respecter, défendre et promouvoir, concrètement et pour tous, les valeurs qui fondent notre République : liberté, égalité, fraternité». La pétition désigne aussi les  syndicalistes, ouvriers, artisans et chefs d’entreprise, afin de développer des «projets qui permettent aux jeunes de s’ouvrir aux autres, pour aller au-delà des idées reçues, s’enrichir des différences et trouver leur place dans la société». Enfin, le texte revient sur l’historique des démarches entreprises ces dernières années à Lyon dont, en décembre 2013, une «Lettre ouverte aux jeunes de France». Les participants au 3e Forum islamo-chrétien proposaient qu’«ensemble, hommes et femmes de toutes générations et de toutes cultures promeuvent une société de liberté, d’égalité et de fraternité, fondée sur la reconnaissance de la diversité, le respect mutuel et la justice».

Pour en savoir plus

Il est possible d’accéder au texte sur internet à l’adresse http://www.cdo-lyon.cef.fr/spip.php?article1944.
Parmi les premiers signataires : cardinal Philippe Barbarin (archevêque de Lyon), père Eklemandos (église copte orthodoxe), révérend Ben Harding (église anglicane de Lyon), père Garabed Harutyunyan (église apostolique arménienne), Kamel Kabtane (recteur de la Grande mosquée de Lyon), père Nicolas Kakavelakis (église orthodoxe grecque de Lyon), Joël Rochat (président du consistoire du Grand-Lyon de l’église protestante unie de France), Richard Wertenschlag (grand rabbin de Lyon), Gérard Colomb (sénateur maire de Lyon), Mgr Jean-Marc Aveline (évêque auxiliaire de Marseille), Ghaleb Bencheikh (président de la Conférence mondiale des religions pour la paix – France), M’hamed Abdou Benmaamar (président de l’Union des musulmans du Rhône), Laïd Abdelkader Bendidi (président du CRCM Rhône-Alpes), cheikh Khaled Bentounes (chef spirituel de la fraternité soufie alawiyya).

 

Categorie(s): france-actu

Auteur(s): Walid Mebarek

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..