Nouvelles de Biskra

Elwatan; le Dimanche 17 Novembre 2013
1


La reine des Ziban attend Sellal
 
L’étude et l’approbation du budget prévisionnel 2014 de la wilaya de Biskra, la situation des carrières de gravier et autres produits de construction, le dossier des facilitations octroyées aux investisseurs et celui des rentrées universitaire, scolaire et de la formation professionnelle qualifiées de «très bonnes» par A. Berriche, président de l’APW, ont été à l’ordre du jour de la 3e session ordinaire de l’assemblée de la wilaya de Biskra, laquelle s’est tenue en fin de semaine dernière. Avant la fin l’année en cours, les citoyens de Biskra pourront retirer les documents d’état civil en se connectant au réseau intranet de l’APC de Biskra, a-t-il été annoncé au cours de cette réunion de travail. En prévision de la visite prochaine du Premier ministre Abdelmalek Sellal, le wali de Biskra a exhorté dans son intervention les directeurs exécutifs à redoubler d’efforts afin de recevoir l’hôte de la reine des Ziban dans les meilleures conditions.              

                                                                                    

Quatre morts sur la ligne Biskra-Alger
 
Quatre personnes d’une même famille, le père, la mère et leurs deux enfants, dont une jeune fille de 20 ans, habitant le quartier d’El Alia de la ville de Biskra sont mortes, jeudi, dans un accident de la route survenu à Lakhdaria dans la wilaya de Bouira, a-t-on appris. Elles étaient à bord d’un autocar de la Compagnie Mansour reliant Biskra à Alger, qui s’est renversé. Conjuguées à une vitesse excessive, les mauvaises conditions climatiques et l’état de la chaussée sur ce tronçon, seraient la cause de cet accident. On dénombre aussi une dizaine de blessés qui ont été pris en charge par les agents de la Protection civile. Le chauffeur, originaire de la commune de Tolga, s’en est sorti indemne. Les services de sécurité ont ouvert une enquête à propos de cet accident, note-on.     



Les insectes ravageurs et les mauvaises herbes pullulent
 
Les agriculteurs de la région de Meziraâ, située à l’est de la wilaya de Biskra, se plaignent depuis des mois de la propagation d’insectes parasites et des mauvaises herbes envahissant leurs champs et serres et hypothéquant sérieusement leurs exploitations agricoles. Ils dénoncent, en outre, la disparition des abeilles et la qualité douteuse et l’innocuité des produits chimiques et de traitement phytosanitaire disponibles sur le marché local. «Nous avons beau utilisé des hectolitres de pesticide et de défoliant, les mauvaises herbes et les insectes nuisibles prolifèrent à un rythme infernal.», constatent, la mort dans l’âme, un jeune fellah. Interrogé sur la question, un spécialiste du traitement phytosanitaire note que les agriculteurs de Biskra n’ont pas les connaissances requises pour assainir de manière durable leurs exploitations agricoles. Avoir systématiquement recours aux produits chimiques en diminue l’efficacité, ajoute-il. Contre certains insectes endémiques pullulant dans la région, il prône l’adoption de nouvelles techniques de lutte biologique consistant à introduire dans l’environnement ciblé des insectes prédateurs de ceux qui sont nocifs pour les plantations. Pour venir à bout des herbes indésirables, le désherbage thermique lui semble une solution efficace. Eprouvée dans les pays européens, cette nouvelle technique économique et écologique nécessite un simple chalumeau équipé d’une buse spécifique et alimenté en gaz domestique. Contrairement à l’écobuage, le désherbage thermique ne brûle pas les mauvaises herbes : il chauffe les parties hautes de la plante.
Le choc thermique que subit la plante provoque alors l’éclatement des cellules végétales et entraîne ainsi l’arrêt de son développement. Voilà, peut-être, des solutions auxquelles responsables du secteur agricole, botanistes et techniciens des instituts et écoles d’agriculture et exploitants agricoles devraient, eu égard à leurs nombreux avantages, étudier et adopter.                    

              

Acquittement d’un enseignant accusé de pédophilie

Accusé de pédophilie sur une fillette inscrite en 5e année primaire, un enseignant d’une école du quartier Haouza de la ville de Biskra, a été acquitté,  en fin de semaine, par le tribunal criminel de Biskra, a-t-on appris de sources fiables. Placé en détention préventive depuis plus de 4 mois, l’instituteur est ainsi libre de ses mouvements mais cette affaire a détruit sa vie professionnelle, familiale et sociale, a fait remarquer son avocat. Bien que soulagé par les conclusions du procès, cet enseignant, père de famille, ayant presque 30 ans d’ancienneté professionnelle, sort blanchi de cette affaire. Cependant, un goût d’amertume et de dépit ineffable lui reste au travers de la gorge. Qui le dédommagera pour les affres endurées ? s’interroge-t-il. Il pense à porter plainte à son tour contre ses accusateurs et demander des indemnisations à la hauteur du préjudice, a-t-il confié à ses proches.        

Categorie(s): biskra

Auteur(s): H. Moussaoui

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..