Nouvelles de Tizi Ouzou

Elwatan; le Samedi 16 Novembre 2013
1


Boudjima : Calvaire au bureau de poste
 

Le bureau de poste du chef-lieu de la commune de Boudjima, à 25km au nord de Tizi Ouzou, n’assure plus  un service de qualité au profit des usagers. Ces derniers se plaignent des mauvaises conditions d’accueil à cause des prestations qu’ils effectuent au travers d’une petite fenêtre après la fermeture des portes de l’agence, suite au cambriolage de cette dernière le  15 septembre dernier. Cela avait poussé les responsables à prendre des mesures de sécurité dont la fermeture des guichets au public. Pour les citoyens, «ce bureau qui se situe dans le centre urbain de la localité de Boudjima ne peu pas être fermé aux usagers, car il suffit seulement d’assurer la sécurité au tour de l’établissement». Dans de telles conditions de travail, les agents de la poste ne peuvent assurer des prestations de qualité à leurs clients..
La porte principale étant  fermée, ce sont des dizaines d’usagers qui s’y agglutinent quotidiennement. Ces derniers, pour se faire servir, sont obligés de tendre la main à travers la grille de protection d’une fenêtre, aménagée en guichet de fortune. Toutes les prestations sont fournies simultanément, à défaut de guichets. De ce fait, les usagers sont livrés à l’anarchie et la désorganisation, en plus des problèmes de connexion au réseau internet et du manque de liquidités. Farid Guellil



TADMAIT : Cités sans électricité
 

Les habitants des coopératives immobilières Thinhinane, Tafat, Tagmats et Tajedjigt, situées à la cité Tchina, à quelques encablures du chef-lieu communal de Tadmaït(18 km à l’ouest de Tizi Ouzou), n’ont jamais cessé de  réclamer, et ce, depuis des années le raccordement de leurs foyers au réseau d’électricité.
Les propriétaires de ces  logements indiquent que les autorités locales et les services de la Sonelgaz leur ont promis maintes fois de prendre en charge ce problème, mais sans résultat, car la situation reste inchangée pour eux. Cette situation dure depuis les années 1990, affirment des occupants qui disent en ignorer les motifs. «Les autorités locales et les services de la Sonelgaz nous ont promis d’installer  au début de l’année en cours, la niche du transformateur électrique, mais leurs promesses n’étaient en fin de compte que des engagements sans lendemain, car rien n’a été concrétisé sur le terrain. Pourtant, une ligne de moyenne tension est passée à quelques mètres de ces coopératives. Il suffit seulement d’installer un transformateur pour alimenter l’ensemble des foyers en électricité.», dira Omar Amiar, président de la coopérative Tajedjigt.
Par ailleurs, les familles qui y vivent sont particulièrement exposées aux risques d’électrocution et d’incendie, en raison des branchements anarchiques d’électricité.  Rachid Aissiou



Mechtras : L’oued menacé par la pollution
 

Le cours d’eau Assif N Ferroudja traversant le chef lieu communal de Mechtras dans la daïra de Boghni au sud de la wilaya de Tizi Ouzou, est pollué par les eaux usées venant des 3 écoles primaires, de la maison des jeunes, de l’agence postale et des logements avoisinants.
Les habitants sont malmenés par les odeurs nauséabondes, la prolifération des insectes et des rats. Un habitant que nous avons rencontré sur les lieux déplorera : «En été, nous ne pouvons même pas ouvrir les fenêtres. La pestilence et les nuées d’insectes envahissent nos habitations. Il est grand temps que les responsables concernés fassent quelque chose pour préserver ce oued qui reçoit plein d’eaux usées et nous prémunir de ce cauchemar que nous vivons depuis de nombreuses années».
Le maire de Mechtras que nous avons questionné à ce sujet révélera : «Un Tronçon d’assainissement entrant dans le cadre des projets sectoriels est en phase de réalisation sur une longueur de 400 mètres. Il sera relié au réseau principal». Signalons tout de même que ce projet à lui seul ne suffira pas à régler le problème de la pollution qui plane sur Mechtras.
Le réseau d’assainissement de ce chef lieu est mixte car il reçoit les eaux usées et les eaux pluviales au même temps. Des ruptures se produisent surtout en période hivernale. Il faut citer aussi la vétusté du réseau dont la réalisation remonte aux années 1980. Mechtras est une localité connue pour sa richesse en ressources hydriques, mais la pollution est toujours menaçante.    Ait Idir Hocine
 

Categorie(s): tiziouzou

Auteur(s):

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..