Nouvelles mesures liées à l’investissement : Le patronat satisfait

Elwatan; le Jeudi 8 Octobre 2015
98445


Contactées hier, plusieurs d’entre elles estiment que le gouvernement a pris la mesure de la gravité de la situation et a répercuté, à travers ces décisions, des revendications exprimées de longue date par le patronat. Les patrons contactés disent avoir noté l’importance de l’intervention du président de la République qui a mis en exergue, lors du Conseil des ministres, la gravité de la situation actuelle, recommandant aux pouvoirs publics «d’ expliquer davantage» à la population la «gravité de la conjoncture financière» et notant que «c’est grâce à une parfaite compréhension de la situation que notre peuple adhérera aux efforts nécessaires pour préserver l’indépendance de décision économique du pays».

Pour les patrons, cette intervention est un signal fort qui permettra d’enclencher une réelle dynamique de sauvetage de l’économie nationale.
Habib Yousfi, président de la Confédération générale des entrepreneurs et opérateurs économiques algériens (CGEOA), déclare notamment : «A la lecture des premières mesures annoncées, je me réjouis de ces informations concernant les nouvelles procédures relatives à la facilitation des investissements nationaux et étrangers.» Il ajoute que son organisation a toujours réclamé cet allégement des procédures et l’assouplissement des règles régissant les investissements directs étrangers (IDE).

«Cela va servir notre économie», déclare M. Yousfi, ajoutant : «Nous attendions depuis longtemps ces mesures, tant mieux si elles sont enfin prises aujourd’hui, au vu de la conjoncture de crise qui s’installe, face à laquelle nous devons avoir les moyens adéquats pour encourager l’investissement et booster l’économie.»

Pour sa part, M. Naït Abdelaziz, président de la Confédération algérienne du patronat (CNPA), estime que les décisions prises par le Conseil des ministres sont une juste réponse à la crise et s’inscrivent en droite ligne des revendications du patronat. Il ajoute que l’amélioration du climat des affaires et l’allégement des procédures répondent aux préoccupations des entreprises, telles qu’elles ont été répercutées par le document contenant les propositions remis récemment par le FCE au gouvernement. «Il est temps que la machine commence à bouger, surtout que la conjoncture ne laisse pas une large marge de manœuvre au gouvernement», clame le chef du CNPA, qui estime toutefois que «la crise n’est pas uniquement l’affaire de l’Exécutif mais aussi celle de touts les Algériens qui peuvent contribuer à la dépasser».

Pour Naït Abdelaziz, la prochaine tripartite sera l’occasion pour la CNPA d’exposer une feuille de route basée notamment sur l’impératif d’un «rapprochement nécessaire entre le public et le privé pour briser tous les tabous et permettre une relance de l’économie qui se fera d’abord grâce aux Algériens, bien avant un appel aux étrangers». Le Forum des chefs d’entreprises (FCE) pour sa part attend de connaître plus explicitement quelles mesures ont été prises pour commenter les décisions du Conseil des ministres.


 

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Zhor Hadjam

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..