On vous le dit

Elwatan; le Jeudi 5 Mars 2009
1


- Les services de la Présidence en manque de badges

C’est du moins l’argument avancé par les responsables de la direction de la communication à la présidence pour expliquer l’impossibilité d’accréditer plusieurs journalistes de la presse indépendante, dont El Watan, pour la couverture de la visite de Bouteflika à Sidi Bel Abbès. Mme Farida Bessa, ancienne journaliste, actuellement directrice de la communication à la présidence n’a pas trouvé mieux pour refuser d’accréditer les journalistes chargés de couvrir la visite que de jeter la balle dans le camp de la sécurité présidentielle.
La directrice de la communication à la Présidence, une ancienne consœur, semblait tirer une certaine satisfaction à entraver le travail de bon nombre de journalistes munis, pourtant, d’ordre de mission «spécial couverture présidentielle». De nombreux journalistes empêchés, hier, d’accomplir leur mission, ne pouvaient s’empêcher de qualifier le geste de leur ancienne «consœur» d’entrave à l’exercice journalistique.

- Aigle Azur se met à tamazight

La plus algérienne des compagnies aériennes françaises, Aigle Azur, s'est mise à tamazight. Les voyageurs sont agréablement surpris par une belle voix féminine qui déclame les consignes de voyages et les formules de bienvenue à bord, en tamazight. Soucieuse de capter une clientèle en titillant son ego, la compagnie de Arezki Idjerouiden propose donc des langues à la carte selon la destination. En plus du français, de l'anglais et de l'arabe, Aigle Azur parle aussi le tamazight, le portugais et l’espagnol. Louable initiative de rapprocher ainsi, ne serait-ce que par le cœur, les voyageurs de leurs proches. Et oui, caresser dans le sens du poil peut aussi faire la différence. Air Algérie est avertie….

- Le chef de daïra de Taghit suspendu de ses fonctions

Pour insubordination caractérisée liée à un refus catégorique d’obtempérer à un ordre, le chef de la daïra de Taghit a été suspendu de ses fonctions avant-hier par le ministère de l’Intérieur, a-t-on appris. Le responsable en question occupait un logement de fonction à proximité du siège de la daïra, mais a subitement pris la décision, sans en référer à son responsable hiérarchique de déménager pour occuper une somptueuse villa des hôtes située au milieu des splendeurs de la palmeraie et construite au début des années 1970. Selon une source autorisée, le chef de la daïra, nommé il y a quelques mois à ce poste et après plusieurs interventions de la wilaya pour le dissuader de quitter les lieux, a persisté dans son refus qui lui a valu la suspension.

- Des Chinois reboisent à Magtaâ Kheira

A l'occasion de la célébration de la journée mondiale de l'arbre, des travailleurs chinois installés dans la région du centre du pays se sont proposés pour une action écologique dans la wilaya de Tipaza. Ils se rendront aujourd'hui au site des 1200 Logements à Magtaâ Kheira (Douaouda) pour planter des arbres. L'ambassadeur de la Chine et un nombre des fonctionnaires de son ambassade seront présents aux côtés des responsables du département ministériel de Cherif Rahmani et les autorités de la wilaya de Tipaza.

- Un arrêté pour mettre de l'ordre dans les retenues collinaires

Le ministère des Ressources en eau va instruire l'ensemble de ses directions, à travers un arrêté, pour mettre de l'ordre dans l'étude et la réalisation des retenues collinaires. L'expérience vécue a démontré le gaspillage des deniers publics dans la construction de ces petits ouvrages hydrauliques destinés à constituer des réserves en eau. A l'avenir, chaque étude d'une retenue collinaire devra avoir l'accord de l'office national d'irrigation et de drainage (Onid) avant d'entamer la construction. A cet effet, une formation relative aux retenues collinaires au profit des DHW et des entreprises chargées de leur construction est prévue dans le plan d'action. C'est le moyen le plus sûr pour réaliser ces ouvrages et les rentabiliser.

- Simulation réussie d'un crash d'avion à l'aéroport de Jijel

Un exercice de simulation d’un crash d’avion a été effectué, mardi, à l’aéroport Ferhat Abbas de Jijel, dans le cadre d’un plan d’urgence approuvé par le ministère des Transports.
La manœuvre a consisté en l’atterrissage d’un aéronef de type ATR 42 qui, avec 20 passagers à bord, «est sorti de la piste à la suite de la crevaison d’un pneu», a indiqué le directeur de l’aéroport, précisant que cet exercice a été réalisé «conformément aux règles de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI)». L’exercice, qui s’est déroulé conformément au scénario retenu, aura permis de tester les capacités et les réflexes de chaque intervenant au niveau de cette infrastructure aéroportuaire, a ajouté le responsable de l’aéroport, soulignant que toutes les parties se sont «acquittées convenablement de la mission qui leur avait été confiée».

Categorie(s): epoque

Auteur(s): R.Ep

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..