Ouargla : le wali décide le dégel administratif de Hassi Messaoud

Elwatan; le Lundi 18 Novembre 2013
81119


Le wali de Ouargla a en outre invité l’ensemble de l’exécutif de sa wilaya ainsi que les élus à relire le décret exécutif n° 05-127 du 24 avril 2005 déclarant Hassi Messaoud comme zone à risques majeurs pour s’apercevoir que «le gel ne touchait que les nouvelles constructions et ne signifiait aucunement le blocage actuel des intérêts des habitants de Hassi Messaoud lourdement frappés par la mauvaise foi des gestionnaires».

Déclaration pour le moins inattendue de la part du premier chef de l’exécutif qui a certes initié, depuis son installation en mars dernier à la tête de la wilaya de Ouargla, plusieurs actions en faveur de la daïra de Hassi Messaoud frappée par le décret du gel du champ pétrolier et de la ville en son état de 2005. Mais de là à espérer un dégel de la situation, la chose semblait quasiment impossible. Et s’il y a une personne qui a tout de suite saisi la portée de la déclaration solennelle de M. Bouguerra, c’est bien Mohamed Yacine Bensaci, le P/APC de Hassi Messaoud, dont le sourire n’avait d’égal que son action personnelle depuis une année, celle de la reprise en main progressive de Hassi Messaoud où tout est à refaire.

Mais que signifie donc le dégel de Hassi Messaoud version Ali Bouguerra, sachant qu’il a fallu plus de six ans pour que le ministère du Commerce accorde le dégel de l’immatriculation, la reprise de la délivrance des Registres du commerce aux entreprises domiciliées dans cette ville intervenue suite à la publication au Journal officiel n° 68 du décret n°11-441 du 14 décembre 2011 modifiant et complétant le décret exécutif n° 05-127 du 24 avril 2005 déclarant Hassi Messaoud comme zone à risques majeurs ? Ce texte a donné au wali de Ouargla la prérogative d’autoriser «les activités et les investissements à caractère industriel, commercial, touristique, agricole et  l’octroi de permis de construire ou de concessions qui n’est pas lié directement à l’industrie des hydrocarbures».

Ce décret a ouvert aussi la possibilité au wali, sous réserve du respect des distances par rapport aux installations d’hydrocarbures, d’autoriser «la construction d’établissements scolaires et de formation professionnelle, d’établissements de santé, d’infrastructures pour l’administration locale ainsi que des programmes de logements publics, la réfection et l’extension des réseaux routiers de la localité, des réseaux d’alimentation en eau potable, en électricité et gaz ainsi que des réseaux d’assainissement». Une aubaine en 2011 qui vient d’être confortée par cette nouvelle volonté affichée dans le cadre de la mise en œuvre de l’arrêté de wilaya n° 1236 du 23 octobre 2013 portant création de la commission de wilaya chargée du suivi du programme de la modernisation des grands pôles urbains de la wilaya de Ouargla où Hassi Messaoud n’est plus la ville paria qui donne sans compter aux autres communes sans en profiter elle-même.

Hassi Messaoud a désormais une place privilégiée à l’instar des quatre communes du chef-lieu de la wilaya et le Grand Touggourt. Pas moins de 9 modules d’intervention directe sur le cadre général des grands pôles urbains ont été sélectionnés pour donner à la wilaya de Ouargla l’image d’une coquette capitale du sud-est du pays. Ils replacent le réaménagement urbain, l’entretien des routes,  l’environnement, l’amélioration des grands boulevards,  des façades commerciales, l’éclairage public, etc., au cœur de l’opération de développement.

 

Categorie(s): ouargla

Auteur(s): Houria Alioua

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..