Patrice Franck, Directeur Général d’Audi Algérie : «Chez Audi, il n’y a ni secret ni recette miracle»

Elwatan; le Mardi 14 Octobre 2014
89671


-Audi vient de fêter, depuis quelques jours, le dixième anniversaire de son existence en Algérie. Quelle analyse faites-vous du parcours de cette marque sur notre marché depuis 2004 à ce jour ?

En 2004, la marque Audi était un pur produit du groupe VW. D’ailleurs, le groupe réalisait ses ventes, en cette période, grâce à la marque VW. Je crois qu’en cette période, la marque aux quatre anneaux se structurait au niveau mondial pour devenir une marque à part entière ; la famille Oulmi s’est dit alors que s’il fallait avoir une autorisation officielle de la marque Audi pour importer ses véhicules, on devait créer une entité à part chargée d’importer les modèles Audi. C’est de cette manière qu’une entité séparée chargée d’importer des véhicules de marque Audi a été lancée. C’était d’ailleurs une exigence du constructeur lui-même afin de vous permettre d’importer des Audi. On parle à cette période de 200 à 300 unités importées par an seulement.

-Vous êtes à la tête d’Audi ici en Algérie depuis déjà 18 mois et vous êtes arrivés à hisser la marque sur la première marche du podium. Où réside le secret ?   

Il n’ya pas de secret, encore moins de recette miracle. Le progrès a été réalisé grâce à un travail systématique qui se fait chaque jour par nos équipes. Nous avons déjà commencé par poser les bonnes questions, à savoir quelles sont les Audi dont peuvent avoir besoin les clients algériens ? Cela passe par un certain nombre de choses. Je peux commencer par vous répondre en vous disant que le client algérien cherche une Audi confortable. Nous avions une tendance à importer des noms et non pas des réponses à des attentes.Je vous donne un exemple, celui de la suspension. Nous importions des Audi avec une suspension Sport. Sauf que celle-ci chez le constructeur est dure et conçue pour les autoroutes allemandes. Si vous rouliez avec une suspension pareille sur les autoroutes algériennes ou certaines routes françaises,  vous ressentiriez qu’elle n’est pas adaptée pour cela. Elle n’est pas confortable et, sur certaines portions de routes, elle n’est pas efficace. Elle n’amortit pas assez

-Donc, vous avez opté pour un autre mode de suspension pour notre marché ...

Effectivement.  Nous avons jugé utile d’introduire  les Audi équipées de la suspension dynamique, qui est un compromis entre le Sport et le Confort  et qui a l’avantage d’offrir les deux «modes». Par la suite, nous nous sommes posé la question de savoir que veut le client algérien comme équipements à l’intérieur de son véhicule ? il veut une Audi dotée de phares Xenon, du Bluetooth, du toit ouvrant, etc. Nous sommes donc allés négocier avec le constructeur pour avoir des véhicules super équipés, répondant aux exigences de notre clientèle, à des tarifs bien négociés. C’est pour cette raison que nous avons repositionné nos tarifs, qui sont aujourd’hui, dans un certain nombre de cas moins élevés que ceux pratiqués en Allemagne ou en France.

Cela pour le premier point. Le second,  auquel nous nous sommes attaqués, concerne la logistique d’importation des véhicules. Audi fabrique 1,5 million de véhicules par an pour plusieurs marchés à travers les cinq continents. C’est une énorme machine de logistique d’usine à laquelle il fallait qu’on s’adapte. Les volumes chez notre constructeur ne peuvent pas changer du jour au lendemain  et nous n’avons pas pris, par le passé, assez de temps pour travailler les programmes d’importation Ce qui se passait auparavant, c’est que  les véhicules étaient importés alors que nous n’ en avions pas besoin et quant la demande est devenue assez importante, principalement en début d’année, il n’y avait pas assez de véhicules en stock. Nous avons donc concentré toute notre énergie et nous avons réussi à adapter notre stratégie au programme de fabrication chez le constructeur  et les demandes de nos clients. Aujourd’hui, nous  avons réussi à faire d’énormes progrès et à anticiper la demande des clients. Par la suite, nous avons pu avoir les modèles que le client cherche. La Audi A1 est une petite voiture qui plaît bien à nos clients et qui marche très bien sur le marché. Idem pour la nouvelle génération de la A3 sport back qui  arrive à plaire à un nombre important de clients aussi bien en Algérie qu’à travers le monde

-Vous êtes connu sur le marché pour ne pas accorder de remise à vos clients qui, pour certains, ne cherchent que cela.

Notre objectif sur le marché est d’avoir une bonne politique des prix. Nous sommes une marque premium et nos clients viennent pour acheter  une voiture premium et non pas une remise. Si nos clients viennent pour cela et si nous, nous accordons des remises qui changent tout le temps,  la voiture perdra beaucoup de sa valeur. Notre client ne pourra pas acheter une autre Audi du moment que la cote de sa voiture aura sensiblement baissé sur le marché de l’occasion.  Ceci ne nous arrange guère. Notre objectif est de garantir à notre client une bonne valeur de son véhicule à la revente. Cela se fait par la qualité de la voiture et par l’entretien même après la période de garantie.

-Donc vous favorisez beaucoup plus les formules pack que celles des remises

Effectivement, nous proposons à nos clients des packs  plus que les niveaux de finitions et les remises. Sauf que d’ici l’année prochaine,  nous allons proposer à nos clients les commandes spécifiques. C’est-à-dire que c’est le client qui pourra choisir son véhicule avant même sa fabrication avec une liste d’équipements qu’il pourra ajouter en plus de ceux déjà disponibles pour le marché algérien. Il pourra même supprimer des équipements. Cela fait une année et demie que nous travaillons sur ce processus de voiture sur mesure. Nous allons travailler avec nos agents à travers le territoire national  sur la liste des équipements à commander sans parler de ceux de base déjà existants.
La seule chose que nous allons exiger de nos clients est un apport conséquent  afin de garantir cette commande. C’est de la «haute couture» dans l’automobile. Ce sera une Audi fabriquée selon les souhaits et les désirs du client

-Ne pensez-vous pas que le succès de votre marque depuis plusieurs mois est dû à l’absence de votre principal concurrent sur le marché du premium qu’est BMW ?

Vous avez entièrement raison. Cette situation est due aussi au fait que nous avons su répondre à des demandes qui n’ont pas été satisfaites. Je crois, cependant, que les clients de BMW sont très fidèles à leur marque. Certains clients qui sont restés à la «périphérie » des marques premiums, nous avons pu les avoir et satisfaire leur demande. D’autres, par contre, restent fidèles à leur marque et préfèrent attendre  le retour de BMW sur le marché.

-Vous avez des clients fidèles à Audi ?

Evidemment ! Et ils sont nombreux. D’ailleurs, nous avons invité, lors de notre soirée des dix années d’Audi Algérie, un client qui possède une Audi depuis 2005 Il a toujours changé, tous les deux ans, une Audi. D’autres sont des amoureux de la  marque  de père en fils et de mère en fille. Et ils roulent tous en Audi, que ce soit la A4, la A3 ou même une A1 pour la fille.

-Actuellement, chez Sovac, la politique de séparation des marques est en cours.Y aura-t-il des représentations pour Audi à travers les grandes villes du pays ?

Oui. Notre politique est de bien servir notre client. Il y aura des représentations d’Audi dès que le potentiel de la ville devient important. Séparer Audi des autres marques  du groupe VW est une obligation du constructeur afin de mieux servir notre client Notre client a des besoins spécifiques et nous sommes dans l’obligation de répondre à ses doléances. Des représentations seront opérationnelles dès 2015. D’autres le seront dans 2 ou 3 ans. 

-En termes de pièces de rechange, est-ce que vous arrivez à satisfaire vos clients ? Est-ce que les pièces demandées sont disponibles ?

Nous avons de nombreuses études qui suivent cela. Nous suivons toutes les réparations à répétition. Cela est dû à plusieurs raisons. Le diagnostic n’était pas bon. Nous travaillons à améliorer la formation de nos techniciens à l’aide d’outils de diagnostic très sophistiqués en liaison avec la maison mère. La deuxième raison est que le client arrive, mais la pièce n’est pas disponible. Nous avons divisé le taux de pannes à répétition en deux et nous avons amélioré  le taux de service des pièces courantes Il se peut qu’un de nos clients soit mécontent pour non-disponibilité de sa pièce. Cela nous est arrivé pour un propriétaire d’une Audi A6 qui voulait replacer son pare-brise, malheureusement, nous n’avions pas en stock à cause de la grêle qui s’était abattue sur Alger et qui a causé beaucoup de dégâts à des véhicules de nos clients. Ce sont des situations exceptionnelles et nous essayons toujours d’y faire face.

-Avez-vous des modèles qui ne sont pas importés pour notre marché ?

Oui, plutôt des versions de la A4 et A6 et ce, à cause  des moteurs qui ne sont pas libérés pour le marché algérien par le service technique du constructeur. Sauf que nous sommes en train de faire rouler des véhicules sur 800 et 1000 km par jour pendant une certaine période puis de les transférer vers l’Allemagne pour analyse

-Y a-t-il une version diesel de la A1 ?

Oui, elle existe, mais pas pour notre marché pour la raison évoquée plus haut

-Des surprises pour le prochain Salon de l’automobile d’Alger ?

La nouvelle Audi TT, une voiture de rêve destinée aux célibataires ou aux couples sans enfants. C’est un véhicule de tous les jours et qui est très modulable avec le système au drive select. Je crois qu’il va plaire à notre clientèle.
 

Categorie(s): auto

Auteur(s): Nadir Kerri

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..