Pépinière de M’chedallah : Les travailleurs sans salaire

Elwatan; le Mardi 29 Mars 2011
1


Ainsi, des 40 employés de cette ferme, qui, pourtant, continue à faire la fierté de la région pour notamment la qualité de ses riches produits, il n’en reste actuellement que neuf. La situation sociale de ces pères de familles, qui ne cessent de s’endetter, est l’une des plus dramatiques. Les dernières mesures préconisées par les pouvoirs publics pour le paiement de l’ensemble de leurs arriérés de salaires sont restées lettres mortes, nous ont appris les fermiers concernés. Pourtant, ses travailleurs ont consenti d’énormes efforts, en dépit de leurs contraintes, pour sauver cet outil de production. La raison est que le forage qui servait autrefois à l’irrigation des champs de la ferme, a fait l’objet d’une réquisition par les autorités pour alimenter la population en eau potable.

De fait, la ferme ne bénéficie plus donc de l’eau pour l’irrigation de ses champs à travers ce puits, cloîtré d’ailleurs, il y a près de quatre années, à l’aide d’un grillage. Ainsi, les 150 hectares dont dispose la ferme sont consacrés à la culture céréalière, éliminant par là la place qu’occupait l’arboriculture, activité qui demande d’importantes quantités d’eau. Dans leurs correspondances aux différents responsables, notamment du secteur de l’agriculture, les travailleurs de cette ferme, dont la réputation n’est plus à démontrer dans la région, lancent un cri détresse quant au risque de disparition qu’encoure la FSPP de Mechdallah, et la précarité qui s’installerait au sein de ces familles.

Categorie(s): bouira

Auteur(s): Omar Arbane

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..