Pr Jean Louis Chiasson : «L’activité physique et le régime alimentaire, meilleurs moyens de prévention»

Elwatan; le Dimanche 16 Mai 2010
49357


- La prévalence du diabète de type 2 connaît une augmentation vertigineuse. Comment peut-on le prévenir ?

On peut prévenir la maladie en mangeant mieux et en bougeant plus. Actuellement, toutes les études ont montré que la modification des régimes alimentaires et l'activité physique restent les seuls moyens efficaces pour prévenir le diabète. Sept études ont maintenant confirmé que les modifications du style de vie, y compris les régimes amaigrissants et des programmes d'exercice, sont très efficaces en empêchant ou retardant le diabète de type 2 chez les populations à risque élevé d'intolérance au glucose (IGT) de 58%.

- La glycémie post-prandiale constitue un élément essentiel dans le contrôle et la prévention du diabète. Quelle est la limite de ce paramètre ?

Quatre médicaments actuellement disponibles ont été établis comme étant efficaces dans la prévention du diabète chez les sujets atteints de pré-diabète. Les différentes études l'ont bien confirmé. Le Diabetes Prevention Program a révélé que le metformine réduit le risque de diabète de 31%. Le Stop-Niddm a montré que l'acarbose a diminué l'incidence du diabète de 36% lorsque le diagnostic a été basé sur 2 tests de tolérance au glucose par voie orale. Plus récemment, le Dream (Diabetes réduction approaches with ramipril and rosiglitazone médicaments) ont démontré que la rosiglitazone chez les sujets atteints de pré-diabète (IGT) est efficace pour réduire le risque de diabète de 60%.

- Quels sont les moyens de réduire les complications ?

Il est d'abord important de diminuer le taux de glycémie dans le sang et arriver à atteindre la cible de la HbA1c qui est de 7% pour l'Association américaine et de 6,5 pour la Fédération internationale du diabète. Le traitement par acarbose a entraîné une réduction significative des événements cardiovasculaires et réduit de 50% l'épaississement de l' intima-média (IMT) et diminue les infarctus du myocarde.

J. L. C. : Endocrinologue, professeur au
département de médecine de l'université
de Montréal.

Categorie(s): santé

Auteur(s): Djamila Kourta

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..