Quand la justice américaine déraille : Un prisonnier musulman doit-il se raser?

Elwatan; le Jeudi 9 Octobre 2014
1


Gregory Holt, alias Abdul Maalik Muhammad, purge une peine de réclusion à perpétuité pour violence domestique dans une prison d’Arkansas (sud). Ce musulman réclame le droit de porter une barbe d’un centimètre, «compromis» selon lui entre la longue barbe que requiert sa religion et la barbe d’un demi-centimètre que les autorités pénitentiaires de l’Arkansas autorisent aux prisonniers souffrant de problèmes dermatologiques. Quarante des cinquante Etats américains, ainsi que le gouvernement fédéral et la capitale Washington, permettent aux prisonniers de porter la barbe si leur foi le requiert, conformément au premier amendement de la Constitution qui protège la liberté de religion.

Mais l’Arkansas rétorque qu’un prisonnier peut s’en servir «pour se déguiser» à des fins d’évasion et pour dissimuler toutes sortes d’objets dangereux ou interdits, comme des «fléchettes artisanales et autres armes», selon son argumentaire devant la haute Cour. «Comment pouvez-vous cacher quelque chose dans une barbe d’un centimètre?», a demandé à l’audience le juge Antonin Scalia. Si c’est «quelque chose de petit comme une carte SIM» ou une lame de rasoir, a rétorqué l’avocat de l’Arkansas, David Curran. «Donnez-lui un peigne, et s’il y a quelque chose (...) cela tombera», a renchéri le juge Samuel Alito, estimant qu’il était plus facile de dissimuler un objet dans les cheveux. 

Categorie(s): magazine

Auteur(s): AFP

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..