Recettes et développement

Elwatan; le Lundi 24 Decembre 2012
1


Malgré la crise économique et le problème de la dette souveraine en Europe, principal marché des ventes d'hydrocarbures pour l'Algérie, les recettes des exportations d’hydrocarbures pour les onze premiers mois de l'année 2012 sont pratiquement du même niveau que celles de l'année dernière. Selon les statistiques des Douanes algériennes, les exportations algériennes d’hydrocarbures ont dépassé les 64 milliards de dollars pour les onze premiers mois de l'année 2012, soit 200 millions de dollars de plus que pour la même période de l'année dernière.

Le niveau des importations a diminué en valeur par rapport à l'année dernière, ce qui a en quelque sorte contribué à augmenter l'excédent commercial d'environ un milliard de dollars. Ce résultat, qui donne un excédent commercial de plus de 24 milliards de dollars pour les onze premiers mois de l'année en cours, devrait permettre d'envisager avec sérénité le financement du développement national à court terme. Mais la persistance de la crise de la dette en Europe et les nouvelles politiques énergétiques que s'apprêtent à développer les pays européens, des politiques notamment basées sur l'efficacité énergétique, pourraient avoir un effet sur l'évolution de la demande en hydrocarbures.
Sur un autre plan, si les recettes des exportations connaissent une stabilité, il n'est pas évident que la facture des importations suive la même voie. Les besoins dans tous les secteurs sont appelés à se développer, que ce soit pour l'alimentaire ou les autres biens. Les futurs projets industriels programmés pour être réalisés afin de relancer la machine risquent de nécessiter des importations importantes en produits et biens.

Les perspectives en matière de prix pour le pétrole et le gaz indiquent une sorte de stabilité pour le niveau à court terme. Cette donnée pourrait influer sur les recettes, même si de nouveaux gisements de pétrole et de gaz doivent entrer en production dans les années à venir. Ces apports vont surtout compenser le déclin d'autres gisements qui ont contribué à maintenir un niveau de recettes assez important durant les quinze dernières années.

Le niveau de l'excédent commercial enregistré ces deux dernières années pourrait connaître une baisse. Il est peut-être urgent de relancer les projets pétrochimiques. L’avantage de la pétrochimie est qu’elle permet d’augmenter les recettes des exportations et offre aussi la possibilité de faire baisser les importations et de favoriser la création d'un tissu industriel local pourvoyeur d'emplois.
Les perspectives d'un excédent commercial qui pourrait baisser rendent urgente la relance des projets pétrochimiques et de certains projets industriels qui pourraient faire baisser la facture des importations et rendre moins dépendante l'économie des recettes des hydrocarbures.

Categorie(s): edito

Auteur(s): Liès Sahar

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..