Redevance, TVA, droits et timbres : Ces taxes qui pèsent dans la facture énergétique

Elwatan; le Lundi 5 Octobre 2015
98385


Le a jusque là été débouté par les chefs de gouvernement successifs. Belkhadem, Ouhayia et même Sellal avait tous écarté cette option. Il aura fallu attendre la crise pétrolière et ses effets sur l’amenuisement des ressources de l’Etat pour voir les autorités publiques se résigner à donner suite à sa requête. Il faut dire que les caisses de l’Etat jusque là renflouées par la rente pétrolière n’imposait aucune urgence de ce type, surtout pas dans une conjoncture marquée par un souci exacerbé de prévenir toute tension sociale. Aujourd’hui la position de l’Etat a changé. Et c’est loin d’être fortuit.

Une hausse des tarifs même partielle c’est la garantie de ressources supplémentaires pour les caisses de l’Etat à travers les taxes et droits appliqués à la facture de l’électricité et du gaz. Il faut savoir que cette dernière est alourdie d’une TVA (7% appliquée à l’électricité et au gaz), un droit fixe de 100 dinars correspondant à la redevance audiovisuelle, une taxe d’habitation (75 dinars) et un droit de timbre.

Au final sur la facture d’un client basse tension, les taxes peuvent représenter plus de 10% du montant global. A titre d’exemple, un ménage qui affiche une consommation trimestrielle de 585 kwh (électricité) et de 7003 thermies (gaz) se voit facturer 5132 dinars dont 547 dinars de droits et taxes. Pour le seul tarif de l’électricité le kw passe de 4,1 dinars en moyenne en hors taxe à 4,6 dinars TTC.

En somme quand Sonelgaz facture en 2013 plus de 110 milliards de dinars de ventes (électricité + gaz) à sa clientèle basse tension, plusieurs milliards sont revenus au Trésor Public. Les clients moyenne (MT) et haute tension (HT) bénéficient d’une tarification différente : un minimum de 0,85 da le kw hors taxes pour les premiers et 0,49 da hors taxes pour les seconds. Parmi ceux qui émargent à la tranche de tarification de la basse tension, certains clients se voient néanmoins imposés des niveaux de taxes différents. C’est notamment le cas de certaines activités commerciales qui payent une taxe d’habitation de 100 da au lieu de 75 da.

Découvert

L’Etat a donc intérêt à autoriser une hausse des tarifs même si à priori elle ne concernerait pas les clients domestiques dans un premier temps d’autant qu’il est en retard dans ses engagements vis-à-vis de Sonelgaz. Celle-ci lui reproche de ne pas lui offrir les moyens de mener sa politique et de réduire sa marge de manœuvre sans lui offrir de solution de rechange. Selon Bouterfa, l’entreprise enregistre un manque à gagner de 140 milliards de dinars sur son chiffre d’affaire (220 milliards de dinars), un montant qui bénéficie au citoyen car versé indirectement par l’Etat».

Dans le rapport d’exercice de 2013, le PDG expliquait que «les préfinancements des programmes publics engagés par l’entreprise (en l’absence de mobilisation des subventions de l’Etat, avec un niveau de 130 milliards de dinars), ainsi que le non remboursement dans des délais raisonnables des créances détenues sur l’Etat (dont le montant du précompte TVA qui a atteint 94 milliards de dinars) ont généré un déficit de trésorerie globale et un retour vers le découvert bancaire de 75 milliards de dinars».

Il cite également les lenteurs dans le remboursement des créances issues du soutien de l’Etat aux consommateurs du Sud et des Hauts- Plateaux. L’Etat est donc appelé à remplir ses engagements. La hausse des tarifs seraient donc une bouffé d’oxygène pour lui, en récupérant une partie de ce qu’il reverse en subvention aux prix de l’énergie comme pour Sonelgaz qui devra cependant prendre son mal en patience en attendant une hausse généralisée.


 

Categorie(s): economie

Auteur(s): Safia Berkouk

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..