Revue de la presse frança!se : «Trouver les mots justes pour relancer les échanges»

Elwatan; le Jeudi 20 Decembre 2012
1


La visite d’Etat de deux jours, qu’effectue en Algérie depuis hier le président français, François Hollande, a retenu l’intérêt de plusieurs titres de la presse française. Plusieurs envoyés spéciaux ont été dépêchés sur Alger pour couvrir l’événement. Pour Le Monde, «François Hollande tentera de relever un triple défi : trouver les mots justes pour panser les plaies du passé, relancer les échanges économiques et adresser un message d’espoir à la jeunesse algérienne». Aux yeux de la chaîne française d’information France 24, «son accueil promet d’être chaleureux. François Hollande semble avoir déjà remporté la bataille de l’image. Dans un pays qu’il connaît bien pour y avoir séjourné à plusieurs reprises, il bénéficie d’un énorme capital sympathie auprès de la population algérienne. Rien de comparable, certes, avec un Jacques Chirac encore adulé aujourd’hui, mais aux antipodes du piètre souvenir laissé par son prédécesseur à l’Elysée...».

Le «partenariat d’exception» dont parle le président Bouteflika est-il près de se conclure après plus de 7 ans de relations gelées ? TV5 Monde tente une réponse : «La balle est dans le camp français plus que dans l’algérien : les deux jours de voyage de François Hollande et son discours, très attendu, donneront la réponse… qui semble plutôt pencher en faveur d’un oui.» Pour le quotidien à grand tirage, Libération, le chef de l’Etat français sera à Alger «à l’épreuve du passé». «Il y a dans ce voyage officiel à la fois un évident aboutissement dans le parcours personnel du chef de l’Etat, et un vrai pari politique : réussir là où tous ses prédécesseurs, de François Mitterrand à Sarkozy en passant par Jacques Chirac, ont échoué», écrit le journal. «C’est bien sur l’enjeu de mémoire que François Hollande est d’abord attendu. Il promet d’être lucide sur l’histoire, dit-on dans son entourage, comme il l’a été en reconnaissant le massacre du 17 octobre 1961», souligne le Figaro.

BFMTV fait une lecture économique de la visite. «C’est la première fois que François Hollande part en déplacement à l’étranger avec des chefs d’entreprises. Parmi eux, Stéphane Richard, PDG de France Télécom, et Patrick Kron, PDG d’Alstom, qui vient de terminer le premier tramway du pays à Alger et en construit d’autres en ce moment. Le grand absent de cette délégation de patrons sera Carlos Ghosn, le patron de Renault. Une absence remarquée, car le constructeur français va signer lors de cette visite un accord avec l’Etat algérien pour construire une usine, près d’Oran. Elle produira 75 000 véhicules par an», relève-t-il. 

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Kamel Benelkadi

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..