Salle Atlas : les hommes- orchestres de Bab El Oued

Elwatan; le Dimanche 23 Decembre 2012
73030


Et toutes ses dents de jeunes loups, pour ne pas dire ses «dons» de la musique algérienne, maghrébine et aussi world (musique du monde). Il a célébré cet anniversaire, jeudi soir, à la salle Atlas, sous les auspices de l’Office national de culture et de l’information (ONCI). Aussi, a-t-il donné un concert magistral ! L’ONB a été adopté par un bon public comme l’Orchestre national de Bab El Oued.
Déjà, dans le hall de la salle Atlas régnait dans l’air un je ne sais quoi de festif. Et pour cause ! C’est l’ONB qui est dans la place ! Et aussi, le double CD marquant l’anniversaire de l’ONB était distribué gratuitement et gracieusement à tout spectateur ayant payé son ticket (500 DA). Une belle et bonne initiative de la maison de disques Belda Diffusion, à sa tête Réda Chikhi, faisant dans la promotion et la «démocratisation» de la musique ! Une B.A à saluer tout bas!

«Sympathy For Barbès»

Le «Big band» aligne une formation de 11 musiciens. Une bande originale évoluant dans un performance chorale et orchestrale. Une sacrée union, très bonne intelligence et autre fluidité. C’est que l’Orchestre national de Barbès exhibe un show bien ficelé et très bien rodé. La patine du temps n’a pas usé ces «petits vieux brisquards» faisant dans l’humus musical patrimonial algérien et maghrébin,  mâtiné de sonorités issues de ses inspirations et autres pérégrinations d’une grande mélomanie. 

Ainsi, les aficinados de la première heure et ceux de la nouvelle génération ayant l’âge de la carrière de l’ONB se sont délectés et éclatés sur 18 titres endiablés, entraînants et démentiels - on ne peut pas rester assis - mêlant roots (racines) chaâbi, raï, wahrani,  chiîr el melhoun, diwan, gnawi, afro-beat avec du jazz,  rock,  reggae, ragga, ska, steady rock des West Indies (Jamaïque) à l’image (et à l’écoute) de Chorfa, Poulina,  Salamaragga, Ch’koun, Sidi Yahia Bnet Paris, Khalti H’lima, Lemouima, RDV Barbès ou encore Dor Biha. Mais les ONB feront très fort avec l’incontournable Alaoui ( très prisé dans les mariages), une folie furieuse à la Madness(ska) et Sympahy For The Devil des Rolling Stones, une nouvelle version «arabisante» se démarquant de celle des Gun N’Roses, ou encore Bryan Ferry. Bon anniversaire aux hommes-orchestres de Barbès !
 

Categorie(s): culture

Auteur(s): K. Smaïl

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..