Santé à Biskra : Une clinique d’hémodialyse à l’arrêt

Elwatan; le Lundi 18 Novembre 2013
81113


Réalisé sur des fonds privés s’élevant à plusieurs millions de dinars, le centre médical Zia Eddine, situé sur la route de Batna, à la sortie nord de Biskra, fonctionne au ralenti depuis l’ouverture de ses portes, peut-on constater. Il est doté de matériels sophistiqués d’hémodialyse, acquis à prix d’or, pas encore déballés, ses lits restent désespérément vides, car les patients ne se bousculent pas à son portillon. La cause de cette désaffection est une simple décision du ministère de la Santé et de la Reforme hospitalière, qui gèle la signature de conventions entre la CNAS et les cliniques privées. «Aucun diabétique ne peut se permettre des soins médicaux atteignant 150 ou 200 000 DA par mois. Tant que la tutelle ne reviendra pas sur cette décision de bloquer les conventions, nous sommes voués à n’être qu’un simple cabinet médical incapable de répondre aux besoins des malades.», se désole le Dr Saâdeddine Othmani, directeur de cette clinique.

Elles seraient plus de 80 unités de soins privées disséminées à travers le territoire national à endurer la même situation. Interpellés à maintes reprises sur cette question, les responsables de la direction locale de la santé et de la CNAS comprennent parfaitement le désarroi et les inquiétudes du Dr Othmani mais ils ne font qu’appliquer les instructions du ministère de la Santé seul habilité à permettre la signature de conventions avec les nouvelles structures de santé du secteur privé, ont-ils répondu à notre interlocuteur, qui ne sait plus à quelles portes frappées pour que le centre médical Zia Eddine joue pleinement son rôle. En attendant une issue à ses difficultés administratives, le centre est déserté et ses médecins, paramédicaux et employés, sont astreints à un cruel et inacceptable chômage technique.

 

Categorie(s): biskra

Auteur(s): H. Moussaoui

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..