Seddouk

Elwatan; le Mercredi 4 Mars 2009
1



L’APC présente
son bilan

L’exécutif de l’APC de Seddouk, à majorité FFS, a organisé jeudi dernier une rencontre avec les citoyens pour présenter leur bilan et installer un conseil consultatif. «Cela fait quatorze mois que nous sommes à la tête de l’exécutif et ce conseil nous l’avons souhaité dès les premiers jours mais la démission du citoyen de la vie politique a retardé son installation» a déclaré le P/APC, M. Yallaoui. «En refusant d’écouter les doléances individuelles, je veux exhorter la population à s’organiser en comités de villages et de quartiers pour enfin aboutir à ce conseil qui représente la population locale. Il demeure toujours ouvert à d’autres associations et comités qui se structureront à l’avenir» explique t-il avant d’aborder le bilan de l’APC.
Selon lui, outre les recettes très minimes, la dette était un lourd fardeau pour le budget de l’APC. Elle était de prés de 25 millions de dinars dont 80% représentent la consommation de l’énergie électrique et du gaz ainsi que d’autres factures impayées. «Il nous reste de la dette 700 millions de centimes. L’Etat a assaini 700 millions de centimes», a-t-il ajouté.
Le budget 2008 qui était d’un peu plus de 40 millions de dinars permettait de couvrir les besoins de fonctionnement de six mois. Plus de 60 % sont réservés aux salaires des employés. «C’est avec la subvention d’équilibre que nous avons pu payer nos 168 salariés», a fait remarquer l’orateur qui soutient que «les dépenses ont diminué de 192 millions de centimes comparativement à 2007». «En 2008, on nous a accordé 3,2 milliards alors que nos besoins prévisionnels sont de 15 milliards», a-t-il dit.
Interpellé sur le retard accusé pour lancer certains projets, Mr Yallaoui a évoqué les lenteurs administratives. «Notre délibération pour l’acquisition d’un véhicule de service pour nous déplacer date de mai 2008. à ce jour aucune réponse» déplore t-il. Aussi, l’APC compte saisir l’agence foncière de la wilaya concernant les acquéreurs des terrains au niveau de la zone d’activité n’ont encore exploités. «Qu’ils soient mis en demeure de lancer leurs projets ou céder ces terrains à d’autres investisseurs» a-t-il lancé avant de parler d’un organe de proposition et de réflexion à installer prochainement avec la participation des compétences de la commune. Des citoyens ont exprimé, lors du débat, leurs préoccupations concernant les problèmes du manque d’eau, des routes délabrées, de l’éclairage public….
«Nous avons souhaité que le bilan soit présenté et défendu par l’ensemble des élus» a dit un élu du FLN tandis que l’élu du RCD estime que «cette rencontre devrait avoir lieu avant l’adoption des PCD pour faire participer la population à leur élaboration».

Délabrement
au quartier Salhi

Les habitants du quartier Salhi, appelé communément centre social, à Seddouk, tirent la sonnette d’alarme quant à la situation dégradée de leur cité. Les ruelles boueuses en hiver et poussiéreuses en été, les eaux pluviales qui inondent les ruelles faute de canalisations et le manque d’éclairage public constituent, entre autres, la source de leurs désagréments.
Situé à quelques encablures du siège de l’APC, le quartier semble être «omis» par le projet de l’aménagement urbain en cours de réalisation et qui touche la ville de Seddouk.
«Toutes les ruelles voisines sont concernées par l’aménagement urbain en cours mais celles de notre quartier, dont la ruelle qui y mène, sont exclus», déplore Mr Souagui Malek. Interpelé sur ce sujet lors de la dernière rencontre publique, le P/APC avait affirmé que ses services «n’ont rien à voir avec les détails de ce projet sectoriel».
Les habitants du quartier ont adressé une requête aux autorités concernées et ont sollicité l’intervention des élus locaux pour faire aboutir leurs légitimes revendications.

Categorie(s): actu kabylie

Auteur(s): Irbah Rabah

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..