Ségrégation aux œuvres universitaires de Constantine : La note de la honte

Elwatan; le Mercredi 8 Octobre 2014
89539


Nous sommes considérés comme des citoyens de seconde zone. Cela est inexcusable et impardonnable», peste Adel, 21 ans, étudiant à l’université Mentouri de Constantine, dans un commentaire publié sur facebook, accompagné d’un fac-similé de la note émise par les responsables locaux des œuvres universitaires. A la mi-septembre dernier, la direction des œuvres universitaires (DOU) de la wilaya de Constantine avait décidé de soumettre les étudiants prétendant aux chambres universitaires à des tests médicaux. Une note est donc affichée dans toutes les résidences et les campus de la wilaya de Constantine. En temps normal, cette note serait passée inaperçue, car nécessaire et ce, pour des impératifs de santé publique et de prévention, notamment dans les milieux universitaires. Seulement voilà, cette note distingue les algériens issus des wilayas du Sud ainsi que les étudiants africains de leurs camarades du nord du pays. Une pure discrimination raciale écrite noir sur blanc.  

A l’origine de cette disposition, une recommandation «du médecin de la direction des œuvres universitaires de la wilaya aux responsables de l’université de Constantine de soumettre les étudiants africains et du sud du pays à des tests sanguins, dans l’éventualité de détecter des virus mortels tel le paludisme et l’Ebola» nous explique une source proche du DOU. Cette note a provoqué la colère et a soulevé l’indignation de la communauté universitaire de tous les campus du pays en signe de solidarité avec les étudiants «issus du sud du pays», pour ne pas reprendre l’expression des responsables de ce crime racial. «Dire qu’ils passent leur temps à nous rabacher à longueur d’année que l’unité et l’intégrité territoriale sont une ligne rouge à ne pas franchir. Honte à l’Algérie indépendante !» déclare Abdelouahab, 19 ans, originaire de Oued Souf.

«Les responsables doivent s’excuser publiquement à tous les Algériens de couleur. Il s’agit là d’un dérapage, d’une aberration, de pur racisme indigne de mon pays», clame-t-il. Abdelouahab et ses camarades menacent de transférer leur dossier d’inscription dans leur wilaya natale. «Quitte à faire une spécialité autre que celle que j’ai choisie, ou carrément abandonner mes études, puisque nous ne sommes plus les bienvenus dans les territoires du Nord», s’indigne le jeune homme.

Ce scandale a été vite saisi par un député du parti El Karama, en l’occurrence Mohamed El Daoui, qui, à travers une question orale déposée au bureau de l’APN, interpelle le ministre de l’Enseignement supérieur, Mohamed Mebarki. Le député juge que le contenu de cette note est «grave et non conforme aux lois de la République et à la Constitution qui assure l’égalité entre tous les Algériens». Nos tentatives de joindre les responsables de la DOU de Constantine sont restées vaines. Selon des informations, la direction centrale des œuvres universitaires a envoyé une missive urgente ordonnant aux responsables locaux de retirer cette note. Le DOU, quant à lui, aurait été traduit en conseil de discipline.

 

Categorie(s): etudiant

Auteur(s): Zouheir Aït Mouhoub

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..