Selon Djamel Boucharf, Climatologue à l’ONM : «Les Algériens doivent s’adapter aux extrêmes climatiques»

Elwatan; le Mardi 7 Fevrier 2012
64687


Ainsi, après avoir eu un mois de janvier relativement sec avec des températures printanières, nous avons droit à une vague de froid, à de la neige et à des précipitations importantes, notamment à l’est et au centre du pays. «Nous avons eu déjà des vagues de froid importantes. En 2005, l’Algérie a été frappée par une vague de froid intense avec des températures négatives allant jusqu’à -14° à El Bayadh. Avec ce que nous avons vécu ces derniers jours, la neige est abondante, mais le froid n’a pas atteint les seuils de 2005», fait remarquer M. Boucharf.

Le climatologue rappelle également la vague de froid enregistrée en 1956 : «Nous sommes en train d’assister, ces jours-ci, à des chutes exceptionnelles en matière de volumes, mais les mêmes concernant l’intensité du froid que celles des épisodes précédents. C’est désormais dans la variabilité climatologique que nous nous classons.» Les Algériens doivent donc s’habituer à cette situation. Les pouvoirs publics doivent aussi prendre cette donne en compte, notamment pour les projections en matière de développement socioéconomique et de vulnérabilité des activités.

Les risques doivent également être pris en considération, en se référant à la vision du climatologue, qui s’est déjà exprimé sur la question, réclamant plus de moyens de veille et d’observation pour éviter des catastrophes. M. Boucharf préconise de prendre en compte «ces bouleversements» tout en se préparant à leur impact. L’ONM diffuse, à chaque fois que telle situation est prévue, un BMS (bulletin météo spécial), pour prévenir les parties compétentes afin d’éviter toute perte humaine ou dégât matériel.
 

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Fatima Arab

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..