Ses élus ont observé un sit-in devant l’APN : Le FNA menace de geler ses activités au sein des APC

Elwatan; le Jeudi 31 Mars 2011
1


Un texte de loi jugé «anticonstitutionnel» car il confisque le pouvoir du peuple. Ils étaient 200 élus locaux à ce rassemblement, selon les observateurs, mais entre 810 et 1000, selon Moussa Touati, sur les 1800 que compte le parti, venus des quatre coins du pays notamment de Tindouf, Tébessa, Tamanrasset, Tizi Ouzou. Un rassemblement tenu sous haute surveillance. Un dispositif de sécurité des plus impressionnants à été dépêché sur les lieux, très tôt le matin, pour empêcher la tenue de ce sit-in. Les manifestants ont été d’abord empêchés de se rassembler en face de l’APN avant d’être parqués puis encerclés par des CNS devant le parking de l’APN.

Déterminés à rendre visible leur mécontentement, les élus du FNA ont d’abord déplié leurs banderoles où l’on pouvait lire «retrait du code communal», «un code communal illégal». Les députés de ce parti ont exprimé par la suite leur colère à l’égard du contenu du nouveau projet de loi qualifié de non- conforme à la Constitution. Présent sur les lieux, le président du FNA a rappelé que son parti a saisi toutes les hautes instances du pays : à savoir la présidence de la République, le Premier ministère, le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, le Conseil constitutionnel et le bureau de l’APN. Ce projet, explique-t-il, est une violation de la Constitution dans le sens où la volonté du peuple a été spoliée pour être attribuée à l’administration et l’alternative à ce texte consiste à donner la liberté à l’élu.

Pour les protestataires, ce projet est inique car il limite les prérogatives de l’élu local au profit de l’administration locale, à savoir la wilaya et les chefs de daïra. Moussa Touati a rappelé que son parti a demandé à l’APN le retrait du projet de loi portant code communal, mais les partis de l’Alliance présidentielle ont insisté pour son maintien tout en introduisant des amendements. «Nous n’acceptons pas cet état de fait», a déclaré Moussa Touati. Un groupe d’élus a été désigné pour remettre une lettre aux présidents de l’APN et du Sénat, expliquant les raisons de leur action. Le FNA compte maintenir sa revendication et menace de geler ses activités au sein des APC et APW.      
 

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Nabila Amir

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..