Sonatrach : Suspension de la gréve de la faim à Hassi R'mel

Elwatan; le Samedi 2 Avril 2011
1


Après quatre semaines de protestation et plusieurs jours d'une grève de la faim qui a conduit jusqu'à l'évacuation, vendredi soir, d'une trentaine de grévistes à l'infirmerie, la direction générale de Sonatrach a consenti finalement à dialoguer avec les représentants des pétroliers à Hassi R'mel. 

En effet, vendredi, une délégation de hauts cadres de la Sonatrach a été dépêchée à partir d'Alger pour tenter de ramener la calme dans les bases de vie du plus important centre de production d'hydrocarbures en Algérie. Au cours d'une rencontre qui a duré près de deux heures, les représentants de la direction générale de Sonatrach ont promis aux pétroliers des régions du sud de donner suite à leurs renvendications d'ici quatre jours. 

Selon des délégués de travailleurs à Hassi R'mel,  contactés samedi par elwatan.com, la direction générale de Sonatrach s'est engagée à accorder une augmentation "très conséquente" de l’indemnité de nuisance et de l’indemnité de travail posté (ITP). Elle a également promis de répondre favorablement à l'application d'un rappel de salaires depuis Juillet 2008. 

De leur côté, les représentants des travailleurs ont insisté sur un éclaircissement du taux retenu dans le calcul de de l'indemnité de zone et de conditions de vie ainsi que l'application d'une retraite proportionnelle.   

"Nous avons accepté de donner un délai de quatre jours à la direction générale pour qu'elle étudie ses réponses à nos revendications. Mais cela ne veut pas dire que nous suspendons notre mouvement de protestation", explique à ce sujet Ali Arhab, porte-parole du collectif des travailleurs de Hassi R'mel. 

Selon notre interlocuteur, les pétroliers de Hassi R'mel vont continuer à boycotter les cantines de la compagnie jusqu'à mardi. Et chaque jour, deux sit-in seront organisés quotidiennement devant la direction régionale de Sonatrach. Le premier se tiendra à midi et le deuxième, le soir à 21 H 00.  

"Nous ne relâcherons pas la pression. Nous avons suspendu momentanément notre grève de la faim pour tenir notre engagement. Mais si d'ici mardi, date de l'expiration du délai demandé par la direction générale, nos revendications ne sont toujours pas satisfaites, nous adopterons des mesures encore plus radicales", prévient enfin Ali Arhab. 

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Abderrahmane Semmar

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..