Soufiane Djilali : «Le 5 Octobre, une leçon à retenir»

Elwatan; le Lundi 5 Octobre 2015
1


«Aujourd’hui, en ces moments difficiles que traverse encore une fois le pays, le 5 Octobre doit être considéré comme une leçon à retenir», a écrit ce chef de parti de l’opposition dans une déclaration rendue publique hier. La leçon, selon lui, doit être tirée par le pouvoir. «Non pas par le peuple pour le dissuader de demander ses droits, mais par le pouvoir pour qu’il comprenne, une fois pour toutes, que la spoliation de la souveraineté, l’oppression, l’injustice et la manipulation ne mènent nulle part sinon aux malheurs, au sous-développement, à la misère et au désastre final», a-t-il enchaîné.

Ces événements doivent être revisités et analysés, car le pays vit actuellement des «moments difficiles». «27 années après, les événements d’Octobre 1988 restent très présents dans la mémoire collective. C’est qu’ils ont constitué une rupture majeure dans l’histoire de notre pays depuis son indépendance», a-t-il affirmé, estimant qu’il est du devoir de tous de «se recueillir à la mémoire de celles et de ceux qui ont perdu la vie dans cette tragédie, et d’avoir une pensée reconnaissante pour toutes les autres victimes qui en ont souvent gardé de profondes séquelles».

Soufiane Djilali critique le président Bouteflika et «son clan» qui «semblent avoir réussi à s’assurer le pouvoir absolu». Le président de Jil Jadid considère qu’ils «sont malheureusement dans la position de ceux qui peuvent causer le désastre absolu pour le pays», affirmant que «leur responsabilité est immense et elle est engagée face à l’histoire, s’ils en ont conscience». Pour ce chef de parti, «il ne reste plus qu’une ultime chance pour l’Algérie : que le pouvoir accepte la mise en place d’un Etat de droit et l’organisation d’élections transparentes et sans tricherie».

Categorie(s): actualité

Auteur(s): R. P.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..