Souk El Hamri : Le plus grand marché du bric-à-brac de l’Ouest

Elwatan; le Mardi 3 Mars 2009
1

Ils sont des centaines de vendeurs à affluer, très tôt chaque vendredi, de plusieurs villes de l’Ouest, pour venir proposer toutes sortes de produits à la vente. Les visiteurs, infiniment plus nombreux, y viennent dans l’espoir de mettre la main sur l’objet rare qu’ils ont cherché partout sans succès.
Certains arrivent à trouver leur bonheur au milieu du véritable capharnaüm qui s’étend sur des centaines et des centaines de mètres carrés sur l’espace squatté des rues situées aux environs du parc d’attraction du quartier d’El Hamri. Tout y est étalé à même le sol sur des morceaux de carton ou de plastique qu’on abandonne à la fermeture du marché. Incontournables, les vendeurs de casse-croûtes y sont également postés aux points stratégiques pour assurer une sorte de logistique, chacun au niveau de son coin attitré. Les fumets de graisse jetée dans la braise montent dans le ciel, s’éparpillent dans l’atmosphère et vont taquiner les narines des badauds qui se sentent attirés comme par un aimant.

Divers aliments, de composition indéfinissable, des boissons chaudes et froides proposées par les «fast-foods» ambulants, sont littéralement raflés par les essaims de consommateurs qui font montre d’une incroyable indifférence en ce qui concerne et la qualité des produits proposés et l’absence manifeste de l’hygiène.

Herbes médicinales

Pendant ce temps, les incessants va-et-vient des visiteurs se poursuivent au milieu des bousculades dans les allées. Selon un citoyen apparemment désappointé, «on trouve tout dans ce marché, sauf ce qu’on cherche…». Effectivement, les produits étalés vont de la pièce détachée auto, à l’électroménager, à la droguerie, à l’électronique… en passant par les herbes médicinales. Certains vendeurs sont des commerçants légalement établis et possèdent des magasins ayant pignon sur rue dans le quartier des Castors, désormais réservé au commerce de pièces détachées et aux pneumatiques pour tous types de véhicules.

Curieusement, des bouts de ferraille, auxquels on n’accorderait pas la moindre importance, trouvent quand même acheteurs et leur prix est âprement négocié entre les parties. Ce qui peut susciter l’étonnement, c’est la relative absence de vols et d’agression, en dépit des nombreux malfrats guettant la moindre inattention. Des policiers en civil circulent, note-t-on, au milieu des badauds, l’œil aux aguets et prêts à intervenir au moindre suspect. Des centaines de milliers de dinars changent de mains dans le souk d’El Hamri qu’on peut considérer comme étant le plus grand marché de bric-à-brac de tout l’Ouest algérien.

Categorie(s): oran

Auteur(s): A. Yacine

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..