Tandis que le promoteur croupit en prison : Les souscripteurs poireautent

Elwatan; le Mardi 6 Octobre 2015
1


Avant cela, le retard accusé dans les travaux de réalisation était de trois années, puisque la durée initiale de 24 mois est passée à plus de 5 ans sans que les bâtiments ne voient le jour. Pendant tout ce temps, nous explique Mohamed Lamine Boulekhel, une des victimes dudit entrepreneur, l’Etat, représenté par la direction des logements, était totalement absent. «La direction des logements est chargée du suivi du chantier. Pourquoi elle n’a pris aucune mesure à l’encontre de cet entrepreneur pendant ces cinq années, puisqu’il était clair que les travaux n’avançaient pas ?

D’autant plus qu’en 2009, c’est elle-même qui nous a orienté vers lui, en sa qualité d’entrepreneur conventionné avec elle», s’est-il indigné, ajoutant que «l’imbroglio actuel pouvait être évité si la direction des logements avait fait correctement son travail». Rachid Merabet, directeur des logements quant à lui, confronté à cette affaire, explique  qu’il existe un fond de garanti qui intervient lors du décès ou la faillite de l’entrepreneur pour les rembourser. «Maintenant qu’il (l’entrepreneur) est en prison, nous nous attelons à faire déclarer en faillite son entreprise et ainsi trouver une solution aux bénéficiaires», a-t-il dit.

Il est clair que les textes de lois n’ont pas prévu de procédures dans pareil cas, pourtant prévisible. Les victimes en appellent donc au pouvoir décisionnel du wali pour les sortir de ce cauchemar qui dure depuis plus de 6 ans. En ce sens, il est prévu que le wali les reçoive aujourd’hui pour examiner leur situation.   

Categorie(s): actu est

Auteur(s): S. Methni

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..