Tayeb Louh : «Le juge français travaillera sous l’autorité d’un juge algérien»

Elwatan; le Mardi 14 Octobre 2014
1


Et l’exécution de la procédure rogatoire et l’application des procédures seront effectuées par le juge algérien en charge de l’affaire.» C’est ce qu’a confirmé, hier, le ministre de la Justice, Tayeb Louh, en marge de la cérémonie d’installation du nouveau président de la cour d’Alger. Le ministre a rappelé avec insistance qu’il était le premier à avoir annoncé la venue, les 12 et 13 octobre, des juges français pour assister les juges algériens dans leur travail consistant à faire la lumière sur l’assassinat des moines de Tibhirine.

Cependant, M. Louh a refusé de donner des détails sur le calendrier et le programme des juges pour des raisons, dit-il, «purement sécuritaires» : «Nous n’avons rien à cacher, le juge Trévidic est à Alger, mais je ne peux avancer ni la date de son déplacement au monastère de Tibhirine ni celle de la fin de sa mission.» «Ce qui est sûr, les autopsies des têtes des sept moines seront pratiquées par la partie algérienne, en présence du juge français. Il s’agit de souveraineté nationale», insiste M. Louh, précisant qu’il y va de la crédibilité de l’Etat algérien et que ce sont également les usages internationaux. Le ministre a rappelé que la même affaire était «aussi instruite en Algérie par le pôle pénal d’Alger spécialisé dans les affaires de terrorisme et de criminalité. Parallèlement, la même affaire fait l’objet d’une enquête près de la justice française».

Dans le cadre de la coopération judiciaire algéro-française et en vertu d’une convention judiciaire ratifiée entre les deux pays, le juge d’instruction algérien chargé du dossier a déjà rendu des éléments concernant cette affaire. Le juge français mis sur la même affaire en a fait de même dans le cadre des dispositions d’enquête, a indiqué le ministre, rappelant que cela est intervenu après avoir eu l’aval des autorités judiciaires algériennes.

Par ailleurs, dans le cadre du principe de réciprocité, le juge algérien se rendra à son tour en France dans la dernière semaine d’octobre.
M. Louh a précisé que l’Algérie a toujours eu des positions constantes concernant la lutte contre le crime organisé, que ce soit une lutte sécuritaire ou judiciaire.
 

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Nabila Amir

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..