Teriaki tabassé par un policier

Elwatan; le Samedi 7 Mars 2009
1

Au coup de sifflet final, comme de tradition, des éléments du service d’ordre, ont aussitôt accouru et constitué le cordon de sécurité autour du trio arbitral.
Le président et l’entraîneur du NARBR se sont approchés du trio, pour s’enquérir auprès de l’arbitre central sur son refus du but marqué par Réghaïa en première mi-temps. Un officier de police n’a pas trouvé mieux pour protéger le trio d’arbitres que de sortir sa matraque pour éloigner «les intrus» et dans la foulée un coup est parti en plein visage de l’entraîneur de l’équipe visiteuse. Voyant cela, quelques joueurs de Réghaïa se sont précipités pour porter secours à l’entraîneur et le président qui se trouvaient au milieu d’un groupe de policiers. Une mêlée entre policiers et l’équipe de Réghaïa s’était constituée, engendrant une véritable pagaille. Aussitôt après, l’entraîneur fut transporté aux vestiaires et examiné par un médecin.

Le cas de l’entraîneur n’inspire aucune inquiétude, nous dira le médecin. Le président du NARBR, Oughalem, a déclaré : «Au moment où j’allais discuter avec l’arbitre sur la cause qui l’a poussé à refuser le but marqué en première mi-temps, l’officier de police s’est aussitôt rué sur l’entraîneur en le frappant au visage. Je vais rédiger un rapport de situation au président de la FAF, M. Raouraoua, et relater le comportement des arbitres, dont l’un d’eux a proféré contre ma personne des propos obscènes. On va déposer plainte contre cet officier de police qui a tabassé notre entraîneur. Sinon, pour le reste, les gens de M’sila ont été très corrects avec nous».

Categorie(s): sports

Auteur(s): S. G.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..