Théâtre.Fragments d'un dialogue amoureux : Intime face-à-face

Elwatan; le Samedi 11 Fevrier 2012
64828


Notre société demeure encore très centrée sur les groupes de différentes natures : familles, parentèles, voisinages en ville, clans en milieu rural, etc. La notion d’individu demeure nouvelle et souvent confondue avec l’individualisme et le refus de solidarité. Et, dans le mariage, on parle plus de ménage que de couple. D’ailleurs, le couple est souvent associé à l’idée d’une relation préconjugale ou extraconjugale avec tous les préjugés qui peuvent lui être associés. Abordée dans la littérature algérienne, moins dans le cinéma et rarement dans notre théâtre, cette notion de couple est pourtant un des enjeux majeurs de société.

A force de concevoir le mariage comme une alliance entre deux familles ou un arrangement plus ou moins superficiel entre deux personnes, on a évacué ce qui se trouve au cœur de cette forme de liaison sociale, soit la relation entre un homme et une femme. En niant le couple, les mariages connaissent désormais des records de divorces et sont marqués par leur caractère éphémère. De Sétif, nous parvient cette pièce écrite par Radouane Cherrad, Fragments d’un dialogue amoureux, conçue comme un huis clos où s’affrontent un homme, joué par l’auteur, et une femme, interprétée par la comédienne Nesrine Belhadj, qui trouve là un rôle à la mesure de son jeu.

Les deux, en allant au bout de leurs reproches mutuels et des rancœurs accumulées, vont déballer leurs non-dits, se livrant à une véritable autopsie de leur relation. C’est un voyage au sein du couple qui est proposé au spectateur, le couple algérien, avec toutes ses caractéristiques sociologiques actuelles, mais également le couple tel qu’il existe dans le monde entier, avec ses soubassements psychologiques et autres. Rien n’est épargné, il s’agit d’une relation totale qui englobe des aspects moraux, sexuels, économiques, culturels…

Pour sa première pièce, Radouane Cherrad signe là une expérience théâtrale originale, marquée par une écriture contemporaine et un souci de décrypter au plus près de la réalité, un univers où la conflictualité va de pair avec des sentiments amoureux dans une bataille permanente de la raison et de l’affect. Ce faisant, il a évité heureusement le discours moralisateur pour amener, non pas à juger ou prendre partie, mais d’abord à se questionner et comprendre. Il ne propose pas des stéréotypes de personnages. Elle et Lui ne sont ni des exemples, ni des concepts généraux, mais simplement des êtres humains pris dans l’enfer d’un entre-deux qui a débuté en promesse de paradis. Vers où se dirigera leur intime face-à-face ?

Là n’est pas la question, mais bien comment il en est arrivé là. Il se trouve que, pour beaucoup, ce sont les spectateurs qui en détiennent la clé dans la façon qu’ils ont de définir le couple ou de le nier.  La mise en scène dépouillée et moderne de Salim Bensedira, animateur bien connu des Compagnons de Nedjma, laisse au texte toute sa force, se centrant sur les deux personnages qui bénéficient de l’accompagnement musical de Mohamed Zami. A voir (18h) dans le plaisir du spectacle et de la réflexion.
 

Categorie(s): arts et lettres

Auteur(s): Slimane Brada

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..