Tourisme médical

Elwatan; le Jeudi 20 Mai 2010
1

Les turcs se lancent dans le tourisme médical. Le concept est un peu surfait.
Il s'agit simplement d'avoir assez d'argent pour aller se soigner ailleurs avec ce must que l'on pourra évoluer dans un environnement dont la clinique est édulcorée par un décorum touristique. A supposer que les choses se tiennent lorsqu'il s'agit de pathologies lourdes. Une visite à l'hôpital privé Sema Histanesi d'Istanbul a été proposée au groupe des professionnels du voyage qui s'était rendu la semaine dernière sur les rives du Bosphore. De prime abord, l'hôpital, qui vient d'obtenir l'approbation de qualité JCI (USA) offre l'aspect d'un établissement hôtelier de standing. Au demeurant, la structure a annexé, en le rachetant, un hôtel 5 étoiles mitoyen dont les suites ont été un tantinet réaménagées pour accueillir les patients VIP : des ministres et diplomates venus du sud et du monde arabe pour le moment.

Sinon, on y vient se soigner des Pays-Bas, d'Allemagne et de Belgique. La direction de l'hôpital plaide qu'en prime des prestations de qualité qu'offre l'établissement (toutes les spécialités possibles et imaginables, hormis la transplantation d'organes), il y a lieu de répéter que les prix seraient pour le moins avantageux pour les Algériens dont on sait qu'ils vont plutôt se soigner dans l'Hexagone. On saura qu'un séjour pour soins au Sema Histanesa coûterait un forfait de 8000 dollars US. L'obstacle de la langue ? Les Turcs promettent des interlocuteurs arabes, comme ce jeune cardiologue palestinien qui ne tarit pas d'éloges quant aux performances de son employeur. L'hôpital devrait être promu CHU dans peu de temps, révèle-t-on, et l'on souhaite voir se nouer, moyennant des conventions, un partenariat avec les organismes d'assurances algériens.

Categorie(s): reportage

Auteur(s): M. Slimani

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..