UGTA : Le secteur privé tenu d’augmenter les salaires

Elwatan; le Vendredi 14 Mai 2010
1

Cinq conventions de branches n’ont pas encore été signées comme celles des secteurs des chemins de fer et de la presse.
«Il y a une disponibilité forte des éditeurs de journaux d’augmenter le salaire des journalistes», a nuancé Abdelmadjid Sidi Saïd, secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), invité, hier, de la Chaîne III de la radio nationale. Le SG de l’UGTA a indiqué que le nouveau code de travail reflète «un problème d’adaptation des lois sociales par rapport à la nouvelle situation économique et sociale dans le pays et à la situation économique internationale». A ce sujet, il donne comme exemple le contrat à durée déterminée (CDD), utilisé, selon lui, comme «un contrat de travail précaire», en particulier par les sociétés étrangères.

«Si dans le secteur public, il n’y a pas cette volonté de rendre le travail précaire, en revanche dans les entreprises privées, particulièrement étrangères, nous avons des cas où il y a atteinte aux lois sociales», a-t-il dénoncé avant de souligner : «Le nouveau code de travail examiné entre les trois parties (gouvernement-patronat-UGTA), se base sur la législation nationale en prenant en référence le Bureau international du travail (BIT) pour être en adéquation avec les recommandations internationales.» Ainsi, il a insisté sur l’application de la convention de branches signée avec les organisations patronales concernant l’augmentation salariale qui varie de 10 à 20%.

«Il faut que les entreprises privées nationales et étrangères s’intègrent dans cet accord, en particulier les entreprises étrangères. Celles-ci doivent mettre en application la convention afin de donner au CDD toutes les précautions nécessaires», a-t-il exigé.

Categorie(s): 7 jours

Auteur(s): Lamia Tagzout

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..