Un nouveau EPSP réclamé

Elwatan; le Jeudi 13 Mai 2010
1

La carte sanitaire, en vigueur depuis 2008, à la faveur de la dernière réorganisation du secteur, n’a pas fini de susciter les critiques des employés et des citoyens de la région d'Akbou.
«Des communes sont rattachées aux nouveaux établissements de santé (Etablissement public de santé de proximité) sans aucun critère», estiment de nombreux citoyens. «L’objectif assigné à cette réorganisation est, en principe, de rapprocher les soins du citoyen; or, sur le terrain, nous constatons paradoxalement l’éloignement des structures des usagers», constate un cadre de la santé exerçant à hôpital d’Akbou. «À titre d’exemple, la salle de soins d’Aït Mekedem, distante de 20 km du siège de son ex-direction, se trouve plus éloignée encore de 17 km du siège de sa nouvelle direction, l’EPSP de Tazmalt en l’occurrence, où elle doit s’approvisionner en différents produits», dira notre interlocuteur, pour étayer son constat.

Le mouvement associatif activant au niveau de la ville d’Akbou plaide, selon le président de l’association socioculturelle Hira Tahar, pour une réorganisation du secteur. «Nous avons soulevé le problème au wali à qui nous avons transmis nos doléances», affirme notre interlocuteur.
On apprend, par ailleurs, qu’une pétition circule pour la création d’un EPSP au niveau de la ville d’Akbou et auquel devront être rattachées les communes d’Ouzellaguen et de Tamokra qui dépendent actuellement de l’EPSP de Seddouk. «D’autant plus que la ville d’Akbou dispose de toutes les structures nécessaires et adéquates pour accueillir les différents services d’un EPSP à créer», soutiennent les concepteurs du projet proposé aux autorités concernées.

Contacté à ce sujet, l’adjoint du P/APC d’Ouzellaguen affirme que le wali a été saisi au sujet de la révision du nouveau découpage qui pénalise les citoyens. «À défaut de créer un EPSP à Ouzellaguen, nous soutenant l’idée de doter la ville d’Akbou de cette structure à la quelle nous souhaiterions être rattachés», dit notre interlocuteur.
Pour rappel, l’ex-secteur sanitaire d’Akbou s’est scindé, à la faveur de la nouvelle carte sanitaire, en deux EPSP, celles de Seddouk et de tazmalt en plus de l’EPH d’Akbou.

Categorie(s): bejaia

Auteur(s): Irbah Rabah

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..