Un spécialiste du pétrole est formel : Il faudra un an pour relancer la production en Libye

Elwatan; le Jeudi 31 Mars 2011
1


«Même dans un scénario parfait, si El Gueddafi s’exilait demain, le processus pour tout relancer serait laborieux. Il faudrait au moins trois à six mois pour revenir à un niveau raisonnable et plus probablement un an pour vraiment tout relancer», a indiqué Samuel Ciszuk, spécialiste à IHS Energy, dans un entretien au quotidien français La Tribune. La production pétrolière en Libye connaît une baisse drastique, passant de 1,6 million de barils par jour à quelque 300 000 b/j, suite aux troubles qui secouent le pays depuis plus de deux mois. Selon M. Ciszuk, le premier problème à régler pour relancer la production libyenne de pétrole est d’ordre légal : «Les Etats-Unis et l’Europe ont imposé des sanctions et il faudrait les supprimer (...).

Il faut rappeler que mettre en place des sanctions est souvent rapide, mais que les retirer prend beaucoup plus de temps.» Pour ce faire, il a estimé qu’il faut d’abord faire revenir les professionnels les plus qualifiés qui sont tous partis, que ce soient les étrangers ou les Libyens. «Or, les faire revenir alors que les combats continuent plus à l’ouest sera difficile. Enfin, certains puits ont pu être endommagés s’ils ont été éteints trop rapidement», a-t-il regretté. Le spécialiste en pétrole a toutefois prédit que les rebelles pourraient exploiter et exporter environ 100 000 b/j d’ici quelques mois. «Les exportations pourraient se faire par le port de Marsa El Harigh, situé à l’extrême est du pays, d’autant que le pipeline vers ce port semble intact», a-t-il pronostiqué. Basée au Colorado (USA), IHS est une société mondiale d’information dans les domaines de gestion de la chaîne d’énergie, de l’économie et de la géopolitique des risques.

Categorie(s): l'événement

Auteur(s): APS

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..