Usine de médicaments antidiabète de Tizi Ouzou : 10 millions d’euros pour les travaux d’extension

Elwatan; le Lundi 5 Octobre 2015
1


C’est ce qu’a annoncé le vice-président de la région Afrique de Novo Nordisk, Jean-Paul Digy, lors d’une sortie sur le site devant accueillir ce projet, effectuée hier en compagnie du wali de Tizi Ouzou et des secrétaires généraux des ministères de la Santé et de l’Industrie. Outre la mise en place d’un processus de granulation de la matière première de Novoformine (Metformine DCI) permettant d’optimiser les coûts de fabrication, il est prévu également la production locale de Novonorm, un insulinosecrétagogue de dernière génération destiné au traitement du diabète de type 2, qui est actuellement importé par l’Algérie.

Les capacités de production envisagées pour ces deux antidiabétiques garantiront la couverture du marché national ainsi que l’exportation à partir de 2016, selon les informations fournies lors d’une conférence de presse. Créée en 2006, l’usine de Oued Aïssi appartient aux laboratoires Aldaph SPA, société de droit algérien, filiale de Novo Nordisk A/S. Aldaph SPA est une société d’importation, de production, de distribution et de promotion des médicaments. «L’usine est aujourd’hui la seule unité de production de formes sèches de médicaments antidiabétiques oraux de Novo Nordisk dans le monde. Elle est également certifiée ISO depuis 2008 (qualité ISO 9001, hygiène et sécurité Oshas 18001 et protection de l’environnement ISO 14001) et respecte les normes internationales de bonnes pratiques de fabrication (BPF)».

Cap sur l’exportation

L’unité de Oued Aïssi produit actuellement un antidiabétique oral, Novoformine (Metformine DCI) sous trois concentrations : 500 mg, 850 mg et 1000 mg. Les capacités annuelles de production de cette usine couvrent et dépassent largement les besoins du marché national pour cette DCI (Metformine), offrant ainsi de larges possibilités d’exportation, selon Novo Nordisk. «L’usine est en cours d’équipement et de qualification pour la fabrication d’un nouvel antidiabétique qui lui permettra de couvrir le marché national et l’export pour ces autres formes de médicaments antidiabétiques oraux que sont les insulino-secrétagogues.

La gestion et l’exploitation de l’usine sont assurées par un personnel et des cadres issus de la région de Tizi Ouzou. Ils bénéficient d’une formation de haut niveau sur les bonnes pratiques de fabrication en conformité avec les normes en vigueur au niveau international et celles des laboratoires Novo Nordisk, qualifiant ainsi cette usine pour l’export vers de nombreux pays dont, entre autres, l’Afrique, le Moyen-Orient, l’Asie et l’Europe», a-t-on ajouté. Le deuxième projet envisagé par Novo Nordisk en Algérie est la mise en place d’une ligne d’assemblage de stylos préremplis pour insuline de dernière génération et analogues.

Cet investissement s’inscrit dans le cadre du partenariat avec le groupe Saidal pour la production locale d’insuline (insuline conventionnelle en flacon et insuline moderne en cartouche). «Quelque 400 millions de personnes sont touchées par le diabète dans le monde. Cette pathologie se développe surtout dans les pays pauvres où la maladie n’est pas diagnostiquée. En Algérie, 1,6 million de personnes ont le diabète, soit une prévalence de 7%. Un malade sur deux est diabétique.

Dans les 20 années à venir, leur nombre dépassera 3 millions. Pas moins de 14 000 décès sont enregistrés annuellement en Algérie des suites de maladies liées au diabète. Notre objectif à Novo Nordisk est d’aider à diminuer le fardeau de cette pandémie. L’Algérie est l’un des pays stratégiques pour notre firme à travers le monde. Nous continuerons à y développer nos investissements pour augmenter la production nationale et aller vers l’exportation», a souligné le vice-président de la région Afrique de Novo Nordisk.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Ahcène Tahraoui

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..