Vers l’amélioration de l’apprentissage

Elwatan; le Mercredi 8 Octobre 2014
89537


Lors de deux visites d’inspection effectuées les 18 et 26 septembre dans différents centres de formation de l’Algérois, le ministre, Noureddine Bedoui, a instruit les directeurs des établissements pour suivre toutes les directives établies afin de garantir la meilleure qualification possible aux jeunes. M. Bedoui s’est focalisé en premier lieu sur la création de sections détachées dans les différentes régions du pays, à commencer par les grands pôles urbains entre autre Oran, Constantine et Béchar. Ces unités constituent, selon le ministre, une première étape importante pour la création d’annexes dans le but de se rapprocher des jeunes.

Cette mesure permettra aussi aux apprenants dans les différentes wilayas de bénéficier des formations spécialisées qui ne sont actuellement disponibles que dans les centres de formation installés à Alger. Une initiative qui permettra aux centres de formation spécialisés d’éviter la surcharge et de mettre la formation au plus près des stagiaires. Notons que l’inauguration de ces sections détachées s’effectuera dès la rentrée de février 2015. En second lieu, le ministère s’attelle à garantir une bonne orientation au demandeur afin d’assurer la formation la mieux adaptée à son profil. Mme Djaâfer Sellal Naïma, conseillère d’orientation à l’INFP de Beaulieu, spécialisée dans la maintenance industrielle, indique que la démarche d’orientation des stagiaires est aussi une étape très importante.

«Le processus d’orientation réfère à une série d’interventions ou d’entretiens. Ces derniers permettent aux conseillers d’orientation d’identifier les caractéristiques personnelles, les compétences, les intérêts et les capacités des jeunes demandeurs de formation, de manière à effectuer des choix éclairés», explique-t-elle. «Il faut savoir aussi que les jeunes cherchent plutôt des formations qui leur garantissent un travail. Ils savent au préalable ce qu’ils veulent dans la vie. Ma mission en tant que conseillère d’orientation est d’aider, de conseiller et d’informer les jeunes sur les métiers et les formations que propose l’Iteem», précise-t-elle.

En effet, pour accéder à une formation, le jeune doit répondre à certains critères d’accès. «Il existe un niveau requis pour chaque formation. Si le futur apprenti ne possède pas les capacités adéquates pour accéder à la formation, on lui propose d’autres spécialités qui correspondent au mieux à ses motivations et à son niveau. Cette opération nous permet d’évaluer les ressources personnelles pour faciliter le choix aux jeunes», ajoute Mme Djaâfer. En troisième lieu, le ministère de la Formation professionnelle recommande vivement aux directeurs des centres d’opter pour la formation par apprentissage.

Ce type de formation, selon M. Bedoui, assure une intégration rapide des jeunes dans le monde du travail et permet ainsi de régler le manque de  main-d’œuvre qualifiée. «En adoptant ce programme, on résoudra dans l’avenir le problème du chômage», s’enthousiasme le ministre. En effet, le ministère vise à mettre en place ce système en s’appuyant sur les capacités formatives des entreprises et en aidant les jeunes en rupture de scolarité à acquérir, à travers l’exercice d’un métier de leur choix, les qualifications nécessaires favorisant leur insertion dans la vie active. Cette méthode, d’après le ministère, va aider à mettre le secteur de la formation professionnelle en conformité avec l’environnement économique et donc participer à réduire le taux de chômage en Algérie, qui atteint aujourd’hui 9,8%, soit 1 115 000 personnes sans emploi.

 

Categorie(s): etudiant

Auteur(s): Fatma Zohra Foudil

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..