Victimes de la répression dans l’Azawad (Mali) : Au moins 5000 personnes trouvent refuge en Algérie

Elwatan; le Mercredi 8 Fevrier 2012
1


Aussi, près 16 000 personnes ont, pour leur part, trouvé refuge au sud-est de la Mauritanie, à Nouakchott ainsi qu’à la frontière nigérienne. C’est ce qu’a indiqué dans son communiqué d’hier – dont une copie a été transmise la même journée à notre rédaction par Migreurop – le porte-parole à Paris de l’Association des réfugiés et victimes de répressions de l’Azawad (Arvra). «La situation humanitaire ne cesse de s’aggraver dans l’Azawad, l’armée malienne, appuyée par des milices parallèles, s’en prend aux populations civiles de l’Azawad à chaque fois que les combattants du MNLA leur afflige des pertes.

A Bamako, une chasse aux Blancs (Touareg) a été ouverte : agressions, passage à tabac et plusieurs maisons de Touareg ont été brûlées», écrit l’auteur du même document. Plusieurs autres familles sont parties au Sénégal, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, aux USA, en France et en Suisse, ajoute-il. S’agissant des déplacés internes, les deux zones Aguel Hoc – Tessalit et Tombouctou Ouest comptent à elles seules quelque 47 000 personnes (7000 pour le première et 40 000 la seconde). Tous ces chiffres ne sont que provisoires en raison des arrivées de jour en jour, précise le représentant de l’association humanitaire.

D’où son appel urgent lancé à l’adresse des instances internationales ainsi qu’aux ONG afin d’agir et venir en aide à des populations vulnérables victimes de la répression d’un Etat irresponsable et raciste, conclut le porte-parole de l’Arvra.
De son côté, l’Algérie s’est dit prête à faire face à un éventuel afflux «massif» de Touareg fuyant les combats au nord du Mali, ce qui  n’est pas encore le cas, a déclaré hier le président du Croissant-Rouge algérien (CRA), Hadj Hamou Benzeghir. «Nous sommes dans une phase d’attente. Nous nous préparons à un afflux massif des Touareg du Mali vers les frontières algériennes», a déclaré M. Benzéghir à l’AFP. Des rebelles touareg, se réclamant du Mouvement national de libération de l’Azawad  (MNLA), appuyés par d’autres Touareg, ont lancé le 17 janvier une vaste offensive dans le nord du Mali, la plus importante depuis 2009.

«A l’heure actuelle, le nombre de personnes ayant fui les affrontements (vers l’Algérie) n’est pas important et la plupart sont des Touareg ayant trouvé refuge chez des proches en Algérie. La situation n’impose pas encore   l’installation de campements», a précisé le président du CRA. Selon M. Benzéghir, le nombre de réfugiés ne saurait excéder des «centaines de familles» qui seront accueillies à Bordj Badji Mokhtar, à la frontière algéro-malienne, où le CRA dispose de «tous les moyens» pour leur venir en aide. Le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) a annoncé hier avoir déployé des équipes d’urgence dans les pays voisins du Mali pour répondre aux besoins de quelque 20 000 personnes ayant fui les combats.

Selon l’agence onusienne, lors de ces trois dernières semaines, au moins 10 000 personnes se sont ainsi rendues au Niger, 9000 autres en Mauritanie et 3000 au Burkina Faso.

Categorie(s): international

Auteur(s): Naima Benouaret

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..