Zerhouni à propos du Passeport biométrique : Pas avant novembre prochain

Elwatan; le Jeudi 20 Mai 2010
1

Le premier passeport biométrique ne sera délivré qu'au mois de novembre prochain.
Toutefois, et en attendant cette date «limite», «aucun Algérien n'aura de problèmes pour voyager», puisque les daïras, même pilotes, continuent à délivrer les «anciens» modèles, a expliqué le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, Nourredine Yazid Zerhouni, hier en marge de l'installation des commissions intersectorielles de la recherche scientifique. Afin de renouveler passeports ou cartes d'identité, les citoyens sont ainsi dans l'obligation de fournir aux administrations concernées les dossiers destinés aux papiers biométriques, que d'aucuns jugent pour le moins volumineux et contraignant. D'ailleurs, cette opération de renouvellement concerne quelque 600 000 passeports, sur les 5 millions en circulation, soit une moyenne de «40 000 dossiers à traiter par mois, et autant d'actes de naissance 12-S délivrés, ce qui entre dans les normes», a-t-il affirmé. Des «normes» qui n'auront toutefois pas été sans un lot de cacophonie, de confusion et de désordre. La nouvelle procédure n'a pas épargné nombres d'Algériens des heures d'attente aux guichets ou des allers-retours entre les différents services des APC ou des daïras.

«J'imagine qu'il y a des problèmes», reconnaît d'ailleurs le ministre. D'autant plus que les services d'état civil et d'archives ne sont aucunement reliés entre eux et ne peuvent, de ce fait, pas échanger de bases de données via un réseau intranet. «Pour l'instant, on ne peut pas procéder de la sorte», avance le ministre. «Car il faudrait garantir la sécurité des envois. Et ce problème n'a toujours pas été résolu. Nous nous y attelons toutefois», poursuit-il, faisant certainement allusion à l'armada de mesures et de filtres prévus dans l'optique de «lutter contre la cybercriminalité». Quoi qu'il en soit, peut-être qu'avant de lancer cette opération biométrique, aurait-il fallu procéder à la modernisation des administrations et à la numérisation et l'informatisation des données. Les concernés sont donc dans l'obligation de prendre leur mal en patience et de se plier à ces exigences bureaucratiques. Toutefois, une facilitation appréciable a été signalée par le ministre, puisque pour l'obtention du fameux acte de naissance 12-S, les personnes dans l'incapacité de se déplacer peuvent déléguer une tierce personne, en lui remettant une procuration légalisée.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Ghania Lassal

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..