Zeyneb Farhat. Association tunisienne des femmes démocrates : «La révolution s’est faite le 14 janvier et s’est arrêtée le jour même»

Elwatan; le Jeudi 31 Mars 2011
1


C’est donc la chute de tout un système dictatorial qui nous a gouverné depuis 1956. Le 14 janvier est comme un arrêt sur image sur la Tunisie post-indépendance. Maintenant, la Tunisie est en suspens et tous attendent comment la chute aura lieu. Saura-t-elle accoucher d’une culture démocratique ? Les masses qui ont porté la révolution feront-elles preuve de culture démocratique ? Les forces démocratiques, celle de la gauche notamment, seront-elles à la hauteur de la responsabilité historique qui est la leur aujourd’hui.

Car même si nous avons eu à constater au cours de cette révolution la générosité, l’élan immense de solidarité entre tous les Tunisiens, nous aurons dans l’avenir à vérifier, et je pèse bien mes mots, la profondeur des traumatismes infligés pendant 60 ans de dictature à la société tunisienne. On saura alors si les Tunisiens sont aptes à amorcer et à diriger un gouvernement de transition démocratique et s’ils porteront à bout de bras un projet démocratique et laïc garantissant pour tous un bien-être extrême. On ne sort pas indemne en tout cas de 60 ans de despotisme. Certes, la culture citoyenne s’acquière. Jusque-là, l’espace public n’appartenait pas aux Tunisiens, maintenant ils se le sont réapproprié. Quel usage en feront-ils ? Sauront-ils faire preuve de responsabilité et de liberté citoyenne ?
 

Categorie(s): reportage

Auteur(s):

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..