13e Festival international de Jazz de Constantine: Ça fait «jazzer» tout le monde !

Lesoir; le Lundi 30 Novembre 2015
2

La treizième édition du Festival international de
jazz DimaJazz de Constantine a été ouverte à la salle Ahmed-Bey avec de
la fusion, jazz, gnawa et chants aïssaoua. En première partie de la
soirée, Karim Ziad & Friends, le guitariste N’guyen Le, le claviériste
serbe Bojan Z, le saxophoniste Julien Loureau et le bassiste Michel
Alibot ont régalé le public avec des morceaux dédiés au regretté Aziz
Djemame, disparu il y a déjà 10 ans, membre fondateur de l’association
Limma, créatrice du DimaJazz. La deuxième partie de la soirée a été
animée par le groupe du batteur algérien Karim Ziad, accompagné de la
troupe aïssaoua Ahmed-Benkhellaf.
Les deux groupes battant la mesure à tour de rôle, et parfois en même
temps, ont musicalement «rivalisé» à la grande joie du public. L’entrée
en scène du Marocain Hacène Bessou aux côtés de Karim Ziad & Friends a
ravivé l’ambiance déjà «survoltée».
Au cours d’une conférence de presse organisée à la fin du spectacle,
Karim Ziad a expliqué que «l’idée géniale» d’associer le chant aïssaoua
émane du commissaire du festival, Zouhir Bouzid. Dédiée à la Palestine,
dont une délégation a assisté à la soirée d’ouverture samedi, la
treizième édition du Festival international DimaJazz se poursuivra
jusqu’au 3 décembre avec une belle affiche qui propose, entre autres,
Alpha Blondy, China Moses (fille de Dee Dee Bridgewater), le Billy
Cobham quintet, le Palestinien Tamer Abu Ghazaleh et l’ensemble
britannique Incognito.
A l’affiche de la soirée d’hier, figuraient Diagonal, «Nights in Tunisia»
et Cumbia Ya. «Nights in Tunisia» est un projet visant à réunir le
raffinement de la musique arabe (ou orientale) avec la braise ardente
des rythmes du jazz. L’ensemble Diagonal, porté par le pianiste,
compositeur et chef d’orchestre Jean-Christophe Cholet, explore depuis
plus de dix ans le patrimoine des musiques populaires des différentes
régions du monde : folklores des Alpes, de la musique anglo-saxonne, de
la musique d’Europe de l’Est, jusqu’au dernier répertoire en date
consacré à la musique française du début du XXe siècle. Diffuseur phare
de musique et de tradition colombienne, Cumbia Ya, un orchestre de 11
musiciens est devenu incontournable dans le domaine de la musique
Cumbia.
Nourris par le jazz du début du XXe siècle et fidèles à l’héritage du
grand compositeur Lucho Bermúdez, ses musiciens ont su malaxer la
tradition d’antan pour offrir aux mélomanes un résultat fini et actuel
aux saveurs d’autrefois. La grande force de Cumbia Ya est ses
prestations sur scène. La soirée d’aujourd’hui sera animée par
Radiodervish, Aka Moon et AlefBa.
Le festival DimaJazz, placé cette année sous le signe de la
manifestation «Constantine, capitale de la culture arabe 2015», dédié à
Aziz Djemame, se déroule pour la première fois dans la grande salle de
spectacles Ahmed-Bey. Habituellement organisé au mois de juin au Théâtre
régional de Constantine ou au Palais de la culture Malek-Haddad, qui ne
peuvent accueillir que quelques centaines de personnes chacune, le
DimaJazz se déroule cette année dans la grande salle de spectacle
Ahmed-Bey d'une capacité de 3 000 places.
K. B.

Categorie(s): culture

Auteur(s): K. B.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..